Le Mag Sport Auto

MotoGP : Zarco à nouveau cité, en tant que coéquipier de Dovizioso

Une rangée de Ducati zarco

Chez Ducati, on aime rassurer ses effectifs, semble-t-il ! Et si le constructeur italien peut sembler incarner le dindon de la farce après un marché des transferts quelque peu manqué, l’intéressé ne s’estime pas si mal loti. Car, avec Andrea Dovizioso dans ses rangs, le constructeur transalpin pense dispose du bon élément, y compris au-delà de 2020. Concernant son futur coéquipier, tout est ouvert mais cela se fera très certainement en interne. Et Zarco est en bonne position, pour le moment…

MotoGP : « Dovi », la valeur sûre, Zarco, le grain de folie ?

Si des doutes peuvent légitimement être émis quant au futur d’ Andrea Dovizioso en MotoGP, Paolo Ciabatti s’est employé à rassurer, affirmant qu’il ne voyait pas pour quelle raison son pilote quitterait ses rangs en 2021. Pourtant, l’idée d’une retraite de l’Italien ne peut pas être totalement écartée. Mais toujours est-il que, selon Ciabatti, c’est plutôt la place de Petrucci qui est menacée. Et même si Paolo ne le dit pas en ces termes, Ducati ne disposant que de deux guidons officiels, la déduction est simple à faire.

Car l’intéressé est revenu sur les possibles solutions d’avenir dont il dispose. Et visiblement, la position officielle reste la même qu’il y a quelques mois puisque les pilotes évoluant déjà en MotoGP avec des équipes satellites sont cités. Evidemment, Johann Zarco est sans doute le meilleur d’entre-eux sur le papier. Mais encore faudra-t-il que le tricolore confirme cette année, avec des résultats probants. Finir devant Miller et Bagnaia et talonner Petrucci serait sans doute suffisant pour décrocher le billet, selon nous.

« D’après les informations que nous avons, Suzuki a l’intention de confirmer Rins et Mir » a déclaré Paolo Ciabatti à nos confrères de Motorsport.com, dans le cadre d’une interview. « Quoi qu’il en soit, nous avons chez nous un pilote comme Andrea Dovizioso, qui est celui qui a gagné le plus de courses après Márquez ces dernières années et le seul à avoir essayé de rivaliser sérieusement avec lui pour le titre. Je ne crois pas que ce soit un pilote que l’on puisse ou que l’on doive remettre en question. Il est vrai qu’il a fêté ses 34 ans il y a quelques jours, mais pour un pilote en forme comme il l’est, c’est un âge qui permet de se projeter encore sur deux ou trois ans sans problèmes. Nous avons aussi Petrucci, qui a été très fort au test du Qatar. Une des raisons pour lesquelles nous avons été déçus de ne pas pouvoir disputer cette course est précisément la conviction que nous avions que Danilo pourrait s’exprimer à un niveau élevé : il est le seul à avoir fait une simulation de course complète et il l’a faite avec de très bons temps au tour« .

« Nous avons également Miller et Bagnaia chez Pramac, qui sont deux pilotes jeunes et parmi les plus grands talents actuellement en MotoGP. Pecco a connu un début difficile, mais nous savons que débuter sur une moto comme la Ducati ou la Honda est plus compliqué par rapport à des motos plus faciles comme la Yamaha ou la Suzuki. Et puis, il y a aussi Zarco avec la GP19 d’Avintia. C’est un pilote qui a déjà démontré qu’il était très rapide quand il était dans le team Tech3. Je dirais donc que nous avons cinq pilotes dont les contrats avec Ducati arrivent à échéance, mais qui entretiennent un rapport très étroit avec nous, alors raisonnablement ce sont vers eux que nous regarderons pour comprendre quelle pourrait être notre organisation pour 2021 et 2022 »

Cinq pilotes pour deux guidons, voilà l’équation que Ducati devra résoudre en 2020. Avec l’aide des pilotes, qui seront sous pression avec, en point de mire, un possible contrat de plusieurs années avec une écurie d’usine…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR