Le Mag Sport Auto

Rallycross : Guerlain Chicherit : « peu de chances d’être titré, mais je ne vais rien lâcher ! »

Rallycross Guerlain Chicherit peu chances d'être titré, mais je ne vais rien lâcher !

Dominateur en début de saison, Guerlain Chicherit a vu Antoine Massé monter en puissance tout au long de l’année. Alors qu’il ne reste que le Rallycross de Dreux à disputer, le pilote G-FORS nous a accordé un entretien afin de revenir sur la manche de Lessay mais aussi son futur. L’occasion de voir que Guerlain Chicherit n’a pas perdu sa hargne et sa rage de vaincre. On peut compter sur lui pour se donner à 200% à Dreux et grappiller le moindre petit point à Antoine Massé.

Rallycross, Guerlain Chicherit : « Je vais tout faire pour gagner à Dreux ! »

Le week-end dernier, au Rallycross de Lessay, la pluie est venue jouer les troubles-fête. Après un abandon en Q1, et une Q2 décalée au dimanche, les deux hommes forts du championnat repartent de Normandie avec le même nombre de points. Un week-end frustrant pour Guerlain Chicherit comme il nous l’a expliqué :

« Un week-end qui fut difficile. Un peu comme tous les week-ends de Rallycross d’ailleurs. C’est ce qui fait que ce sport est intéressant, car tout peut arriver. Un peu frustré du samedi, je dois l’avouer. Dans des conditions difficiles, je perds tout au premier virage où je me fais clairement mettre dehors. Bien frustré de cette Q1, d’autant plus qu’il y avait une tension entre Antoine et moi. Enfin, une tension par rapport au championnat pas au sens propre. Tout devait se jouer à Lessay en espérant que je fasse une meilleure course qu’Antoine. Et puis, samedi tout a mal commencé. Après, Antoine a connu les mêmes déboires que moi. Donc, on s’est retrouvés dans la même situation. Sauf que derrière ils annulent la Q2 le samedi, qui aurait été une chance pour moi de revenir. Tout était remis en cause le dimanche. Avec Antoine, on s’est tirés la bourre tout le dimanche durant les qualifs et jusqu’à la ligne d’arrivée. On est revenus de loin tous les deux. Je suis bien revenu en qualifs, l’équipe a fait un super boulot.

Puis, en semi-finale, je fais un mauvais départ et je me retrouve un peu en danger, troisième derrière Samuel Peu. Philippe gagne et je termine troisième, donc situation un peu délicate vu que j’étais en deuxième ligne pour la finale et qu’Antoine était en première ligne. J’avais absolument besoin de gagner la finale ! Et, en partant de la deuxième ligne, je n’étais pas dans les meilleures dispositions pour. Puis, en finale, j’ai essayé de prendre un maximum de risque sur ma procédure de départ. C’est-à-dire que j’ai essayé de descendre au minimum en reprise de régime pour « caler la voiture » afin qu’elle est un maximum de grip au départ. Le but était de prendre un départ canon. Je savais que soit ça marchait soit la voiture calait… Et, malheureusement la voiture a calé. Du coup, je me retrouve dernier car la voiture n’est pas partie. Après, j’ai roulé à bloc, et j’ai remonté les concurrents un par un. Je me suis retrouvé côte à côte avec Philippe dans le dernier tour, le dernier virage… mais il aurait fallu un tour de plus pour que je gagne.

Du coup, je me retrouve avec le nombre de points qu’Antoine. C’est bien de ne pas en perdre mais il a tellement d’avance que ça va être compliqué à Dreux. J’ai 5% de chance d’être champion de France, ça va vraiment être compliqué. »

Guerlain Chicherit ne lâchera pas jusqu’à la ligne d’arrivée de la finale à Dreux !

Si certains pilotes pourraient renoncer, c’est mal connaître le pilote G-FORS que d’imaginer qu’il abandonnerait tout espoir avant le Rallycross de Dreux. Ce qu’il nous a dit est on ne peut plus explicite. Il se donnera à fond à Dreux même s’il est déçu d’avoir peu de chances d’être titré :

« Oui je suis déçu car je voulais vraiment être champion de France. Après, j’ai eu une saison un peu compliquée. J’ai fait quelques erreurs dans les dernières courses, pas forcément bien pour revenir dans le match. Et puis je me suis fait disqualifier… voilà, mais bon ça coûte cher en points. Dès le début de saison, comme je ne pouvais pas rouler à Lavaré, je savais que je partais sans Joker, que j’avais un handicap et que je n’avais pas le droit à l’erreur. Et j’ai fait des erreurs, il faut assumer. Mais bon, après, ce n’est jamais fini ! Je ne lâcherai pas jusqu’à la fin, jusqu’au drapeau à damiers à Dreux. Je vais rouler aussi fort que je peux et je vais tout faire pour gagner Dreux. Je vais me concentrer sur ma course, sur les cartes que j’ai en main. Après, il y a une partie que je ne peux pas gérer, c’est ce qu’Antoine va faire. Après, on verra ce qu’Antoine fera. Mais, c’est un mec qui fait très peu d’erreurs, et je ne m’attends pas à ce qu’il en fasse. Donc, c’est compliqué. Autant je me sens capable de gagner la course, autant je sais qu’Antoine il va être là. Je ne vais rien lâcher ! »

Un profond respect pour Antoine Massé.

Antoine Massé partage sa Peugeot 208 WRX avec Cyril Raymond pour son programme en EuroRX. Un programme soutenu par RedBull et Peugeot Sport. Tout ceci, face au programme « privé » de G-FORS en France et en Europe. On le voit depuis juin, la 208 WRX de Massé semble au dessus du lot. Mais pour Guerlain, il n’est pas question de juger l’auto mais plutôt de mettre en avant le talent de son rival :

« Antoine a une super voiture, ça c’est vrai, mais moi aussi. Et, il ne faut pas oublier qu’Antoine est un super pilote ! On joue ensemble pour le titre, ce n’est pas rien et je considère qu’il est un top top pilote ! Et, je suis très content de l’avoir rencontré. Il me pousse à aller encore plus vite. La vitesse que j’avais à Lessay, je l’avais car il y avait Antoine face à moi. Il me pousse dans mes derniers retranchements, et c’est ça qui est génial ! Sans des mecs comme Antoine, je ne me mettrai pas autant en difficulté et je ne progresserai pas comme j’ai pu le faire ces derniers temps. Si c’est lui le champion, il l’aura mérité et si c’est moi, je l’aurais mérité car je me serai battu jusqu’à la fin. Et on remettra les compteurs à zéro pour l’an prochain… »

L’an prochain ? Pourtant Guerlain nous avait dit qu’il ne serait pas là en 2019 ! Et bien en fait, on pourrait le revoir en Rallycross France en 2019. Mais à une seule condition :

« En fait, au début j’avais dit non. Non, car je voulais me concentrer sur le Championnat du Monde. Mais après, si je ne suis pas champion de France cette année, j’aurais un petit goût d’inachevé et ça va me motiver à revenir. Mais, ce qui va avoir un vrai impact sur mon retour ou non ce sera le calendrier. Cette saison j’ai attaqué le championnat de France avec une balle dans le pied car je savais qu’il y aurait une course que je ne pouvais pas disputer (Rallycross de Lavaré, ndlr). Donc, l’an prochain, si je reviens et que je redépense autant d’énergie pour être champion de France, il faudra un calendrier qui me donne toutes les chances d’être titré ! Si c’est pour arriver et partir encore avec un handicap car il y a une course qui tombe en même temps qu’une manche du Championnat du Monde, je ne le ferai pas. Ça, malheureusement, je n’ai pas les cartes en mains et ça va dépendre du calendrier. S’il est suffisamment intelligent pour s’intercaler entre les dates du WorldRX, alors je ferai les deux. Et je viendrai avec grand plaisir. Après, si ce n’est pas le cas, je ne viendrai pas. C’est aussi simple que ça. »

Objectif finale pour le WorldRX à Estering !

Le Championnat du Monde de Rallycross est bientôt terminé. A Estering, ce week-end, se déroulera l’avant dernière manche de la saison. L’occasion pour Guerlain et ses, désormais, deux coéquipiers de confirmer les progrès vus depuis Lohéac. Ainsi, le français a pour objectif de placer ses trois voitures en semi-finale. Et, pourquoi pas au moins une en finale :

« Pour ce week-end, l’objectif est clair : la semi-finale ! Et puis la finale même. Cela fait trois courses que je vise la finale, trois courses qu’on voit qu’on a les capacités pour y aller. Mais à chaque fois il y a des petits trucs qui font qu’on y est pas. Il nous manque encore un petit quelque chose. On se bat face à des gens qui sont extrêmement forts donc nous n’avons pas le droit à l’erreur du tout. Il faut que tout se passe bien pour pouvoir aller en finale. On a trois voitures donc il faut qu’au moins l’une des trois voitures soit en finale. Entre Liam, Anton et moi, il faut qu’au moins l’une des voitures soit en finale ! »

Nous remercions Guerlain Chicherit pour sa disponibilité et ses réponses. On lui donne rendez-vous ce week-end à Estering pour, peut-être, sa deuxième finale en Championnat du Monde de Rallycross (ou la 3e pour GCK).

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR