Le Mag Sport Auto

Rallycross, Jean-Sébastien Vigion : son bilan de 2018 et ses idées pour 2019.

Rallycross, Jean-Sébastien Vigion son bilan de 2018 et ses idées pour 2019.

Jean-Sébastien Vigion, vainqueur de la Coupe de France des Rallyes en 2008, et Vice-champion de France de Rallycross 2017 en Super 1600, a roulé en Supercar cette saison. Il a participé à 7 des 10 manches et a, au mieux, réalisé un podium à Essay. Il termine au final 12e du championnat. Jean-Sébastien a accepté de revenir avec nous sur sa saison 2018 et de nous parler de ses projets pour 2019.

Rallycross, Jean-Sébastien Vigion ou la volonté d’être devant !

Le Mag Sport Auto : Quel bilan tires-tu de cette saison 2018 ? Vous avez montré de belles choses pour cette première année en Supercar.
Jean-Sébastien Vigion : Il n’est pas extraordinaire (rires). J’en sors un peu déçu quand même. On a la voiture qui a le potentiel pour faire des choses. Mais, après, on n’a pas forcément pris les bonnes décisions. La saison était un peu compliquée. Pour une moitié on sait pourquoi. Il a fallu revoir certaines choses un peu dans tous les domaines. Je pense que le seul moment où je me suis vraiment régalé cette saison c’était à Dreux. Malheureusement, ça ne se valide pas par un résultat. Mais en perfo, c’était top ! Après, il y a pas mal de petites choses qui font qu’on ne valide pas. Pourtant, dès la deuxième course on faisait un podium à Lessay. Mais je savais que c’était un podium illusoire et qu’il nous manquait encore des choses pour être perfo tout un week-end. Et ça c’est confirmé par la suite. Maintenant, on sait ce qu’il faut faire pour être devant. Le Rallycross, en France, s’est bien professionnalisé. En face, ils ont des structures, des ingés, tout ce qu’il faut pour se battre devant… Donc, il faut faire au mieux pour se battre avec eux mais sans les mêmes moyens. Et, je suis sûr qu’avec les bonnes personnes aux bons endroits, je peux aller me battre avec eux.
Montrer de belles choses… oui, enfin moi je me bats pour gagner, pour être devant, le reste m’importe un peu. Je m’en fout un peu que ce soit ma première saison en Supercar, quand je suis dans l’auto je veux me battre devant !

LMSA : Pourquoi avoir choisi de quitter le PGRX en milieu de saison ?
JSV : Pour plein de choses, c’était d’un commun accord avec Patrick. Nous n’étions pas sur la même longueur d’ondes. Donc, il était préférable de partir plutôt que d’aller dans des directions qui ne conviennent ni à l’un, ni à l’autre. Alors, j’ai préféré être sous ma petite tonnelle 😉

LMSA : Quels sont tes projets pour la saison 2019 ?
JSV : On est un peu dans le vague pour l’instant. La voiture est en vente pour le moment. J’ai plein d’idées en tête, j’ai toujours beaucoup d’idées en tête de toute façon (rires). J’ai 2/3 trucs sous le coude, je ne sais pas encore ce qu’on fera ou ce qu’on ne fera pas. Si la DS3 n’est pas vendue on partira peut-être sur un programme partiel. Avec mon boulot, de toute façon, c’est compliqué. Beaucoup de choses ont changé pour moi en 2018. Et puis, le rallye me démange aussi ! Alors, on est en train de voir avec les différents partenaires ce qu’on peut faire. Et puis, on prendra une décision en début d’année en voyant si l’auto est vendue ou non. Si elle n’est pas vendue, on repartira mais on verra avec qui, comment, où et quoi.

LMSA : Tu réfléchissais à lancer le Vigion Motorsport, est-ce toujours en projet ? Des recrues à annoncer ?
JSV : Complètement ! On a déjà des trucs sous le coude pour ça. Bon, je n’ai pas envie de faire un team usine, ce n’est pas le but. Mais pourquoi pas aider un ou deux jeunes comme j’ai pu être aidé par le passé. Transmettre toute cette expérience, que ce soit en Rallye ou en Rallycross. Je vois plein de coachs qui sortent de partout et qui n’ont jamais mis les fesses dans une auto de compétition… donc ça me fait doucement rigoler. C’est pour ça que j’ai envie d’aider, avec un réel savoir-faire, une réelle expérience ! Aider quelques jeunes, ça me plairait bien. C’est le but et c’est même bien avancé. Après, je n’ai rien à annoncer pour le moment. On y travaille, en ce moment, notamment avec certaines personnes que je connais depuis longtemps. C’est même en priorité sur mon propre programme !

Jean-Sébastien Vigion et la tentation du Rallye.

LMSA : Tu as retrouvé les spéciales de rallye au Rallye de l’Indre et a réalisé une magnifique 9e place avec une Twingo R2. Alors, c’était bon de revenir en rallye ?
JSV : Oui, c’était magique ! C’est ma discipline de cœur, il n’y a pas photo ! Le Rallye c’est toute ma vie, toute ma jeunesse. C’est parti comme ça, avec un pote on en a discuté. Et puis Pauline, je la connais depuis très très longtemps, je l’ai quasiment vue naitre ! Alors, c’était l’occasion au Rallye de l’Indre, où j’avais remporté la finale de la Coupe de France des Rallyes il y a 10 ans. Et retourner sur ces routes-là, c’était un cumul de plein de choses. Ce n’était pas prévu mais je me suis régalé, j’ai pris beaucoup de plaisir ! Donc, ça me fait réfléchir aussi (rires). Bon, je ne peux pas être partout… je suis un intermittent du spectacle, je roule quand j’ai le budget… Quand je n’ai pas le budget je ne roule pas. Et puis, il y a la finale qui revient là-bas en 2020… Donc, pourquoi pas retravailler l’axe Rallye. Mais, on ne peut pas être partout, il faut travailler un axe à fond. Le Rallye de l’Indre, c’était un one-shot pour le plaisir. J’ai pu, en quelque sorte, évacuer toute ma frustration de 2018, tout ce que je n’ai pas pu attaquer cette année je l’ai sorti sur ces spéciales (rires). Ça a fait des gros temps sympas, et je me suis même surpris moi-même !

LMSA : D’autres rallyes sont-ils prévus ?
JSV : Oui bien sur, j’ai toujours plein d’idées en tête. J’ai des idées de ce coté-là aussi, mais bon, c’est seulement des idées. Pauline a envie de retenter le coup. Stéphane de SKPB aussi. Mais, ce ne sera qu’un ou deux one-shot vraiment pour s’amuser.
Et donc, si on vous invite au Rallye des Routes du Nord 2019, vous êtes partant ?
Oui, pourquoi pas ! En plus le Nord j’aime bien… Bon, je t’avouerai que j’aurais bien envie d’aller au Touquet aussi (rires) ! Le Touquet c’est un rallye que j’affectionne tout particulièrement. Avec la Clio Maxi on avait fait des trucs sympas. C’est vraiment un Rallye que j’apprécie. Si je devais faire deux Rallyes en Championnat de France ce serait Le Touquet et le Var ! Les deux extrêmes, mais ce sont mes deux préférés.

LMSA : Pourquoi vendre la DS3, le but est-il d’acheter une « meilleure auto » ?
JSV : Meilleure je ne sais pas, celle-ci est déjà très bonne. Mais, j’ai l’idée de faire les choses différemment de ce qui se fait aujourd’hui. Ce n’est pas pour acheter une voiture d’usine, pas pour faire ses choses-là. Je pense qu’on est partis dans un cercle vicieux au niveau financier et je pense qu’on peut faire des choses à moindre coût mais tout aussi performantes. Mais pour ça, cela impose de refaire une voiture entre guillemets. Donc, si la DS3 est vendue je partirai dans cette optique là sans être sûr de pouvoir refaire une auto tout aussi performante. Mais avec une idée de faire les choses différemment.

LMSA : Que vous souhaiter pour 2019 ?
JSV : De continuer à trouver du budget pour rouler tout simplement ! Et puis si je réunis tout ça, on verra. On espère pouvoir refaire comme en 2017 pourquoi pas (rires).

Un grand merci à Jean-Sébastien Vigion pour sa disponibilité, sa sympathie et sa franchise. Ainsi qu’à Sylvain, son Community Manager. Maintenant, on donne rendez-vous au souriant pilote en 2019 ! Que ce soit en Rallye ou en Rallycross, on sait qu’il régalera les spectateurs. On extrapole également en élisant sa livrée de fin de saison comme la plus belle du Championnat de France de Rallycross 2018 !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR