Le Mag Sport Auto

Rallye, entretien exclusif avec Yoann Bonato !

Rallye, entretien exclusif avec Yoann Bonato !

Nous avons eu l’opportunité de discuter avec le Champion de France des Rallyes Asphalte 2017, Yoann Bonato. Nous avons pu lui poser quelques questions sur sa saison, ses projets pour 2018, mais aussi sur la future C3 R5. Sans plus attendre, découvrez notre interview du pilote CHL Sport Auto.

Yoann Bonato, une saison en rallye entre bonheur (France) et frustration (WRC-2).

Le Mag Sport Auto : Bonjour Yoann, quel bilan tirez-vous de votre saison 2017 ? Champion avec une DS3 R5, c’est un joli coup, non, face aux Fabia R5 ?

Yoann Bonato : On est très satisfaits de notre saison. On s’était dit qu’on viserait le championnat 2017 et on a su réussir le championnat pilote et team avec CHL Auto. J’ai surtout eu la chance de pouvoir faire un championnat complet dans de bonnes conditions pour gagner. Et ça, c’est pas donné à tout le monde . J’ai eu la chance d’avoir ça et on a su concrétiser derrière donc c’est génial. J’avais à cœur de gagner des courses et ce n’est pas toujours quelque chose d’évident. Il faut parfois savoir mettre un peu d’eau dans son moulin. Quand tu es face à des WRC qui sont mieux pilotées et plus rapides que toi, il faut temporiser et pas chercher à être devant eux. En début de championnat on a dû assurer et puis quand on a senti qu’il y avait un coup à jouer on a foncé dessus, dès le Limousin.

La DS3 n’est pas si mal que ça, c’est une bonne auto. On aurait pas gagné si elle n’était pas si bonne que ça. Elle n’est pas évidente à faire fonctionner et on a bien bossé dessus pour réussir à la faire marcher. Tout ça mis bout à bout, ça nous a permis de gagner.

LMSA : En WRC-2, la saison a été plus délicate. Pensez-vous que les teams officielles biaisent un peu le jeu en WRC-2 ?

YB : On en a chié en WRC-2 ! Toute la saison a été vraiment dure pour nous. C’est frustrant, on y a mis beaucoup d’énergie et on a pas pu concrétiser. Après, on a fait quelques bons temps, des temps dans les trois premiers sur la terre comme sur l’asphalte. Quelques temps scratchs en Allemagne, donc c’est plutôt encourageant. Mais on a pas pu concrétiser par un bon résultat cette année.

Oui et non. Oui, car ça peut fausser un peu le jeu, mais d’un autre coté c’est important qu’ils soient là. Ils font du WRC-2 un championnat au niveau très élevé du coup ça donne beaucoup de valeur à un bon résultat. Les temps qu’on a pu faire en Allemagne ont été remarqués par les constructeurs. Au final, ce n’est pas quelque chose de totalement négatif. Évidemment c’est dur de se battre contre eux mais quand tu y arrives ça te met en valeur.

LMSA : En 2014, Sébastien Chardonnet avait fait quelques manches en WRC-2 et ERC pour promouvoir la DS3 R5, est-ce que vous allez faire de même avec la C3 R5 ?

YB : On va rouler avec la C3 R5 c’est sûr, après dans quelle mesure et dans quel championnat, je ne sais pas le dire pour le moment. On fera le championnat de France Asphalte quoi qu’il arrive mais on travaille toujours sur notre programme international.

LMSA : Vous avez fait le Rallye du Var avec la C3 R5 en tant qu’ouvreur, quel est votre sentiment au volant de la nouvelle R5 de Citroën ?

YB : On était super contents du rallye. On a pris pas mal d’infos. La voiture, dans l’état de développement dans lequel elle se trouvait, était bien. C’était pas mal de confirmations, et donc on est pressés de re-rouler avec. On a pu, parfois comparer nos temps. Tout n’était pas viable car parfois on a rattrapé des VH ou des commissaires dans les spéciales. Mais on a pu récolter des informations intéressantes sur les capacités de l’auto.

LMSA : Selon vous, la C3 R5 est-elle promise à un meilleur avenir que la DS3 R5 ?

YB : En Championnat de France elle ne pourra pas mieux réussir, puisque la DS3 a été championne de France cette année (rires). On espère qu’elle fera au moins aussi bien. En mondial oui, elle a de quoi réussir. Après, la course reste la course, on sait jamais ce qu’il va se passer avant d’avoir démarré.

Yoann Bonato au volant de la Skoda Octavia WRC

 

LMSA : Il y a quelques années, vous avez eu l’occasion de piloter une Skoda Octavia WRC. Maintenant qu’on parle du retour de Skoda en WRC, quel était votre avis sur l’Octavia WRC ?

YB : L’Octavia ça commence à remonter ! C’était en 2008. C’est un super souvenir, c’était la première fois que je roulais dans une WRC et c’est aussi ma première victoire au scratch à bord d’une WRC. On a gagné l’Auxerrois, pour la première fois. Je me suis régalé dans cette voiture. Elle nous avait été mise à disposition par Didier Auriol et son Team. Les conditions n’étaient pas parfaites, chacun à fait de son mieux et ça nous a permis de faire 3 podiums et 1 victoire. Après, ça reste le Championnat de France Terre, ce n’est pas le championnat du monde. Et puis rouler dans une WRC, même si c’est la moins bonne, ça reste une World Rally Car !

Yann Bonato : « Le Rallye de Nouvelle-Zélande me fait rêver ! »

LMSA : Quel est, selon vous, le plus beau rallye en Championnat de France ? En Mondial ? Quel rallye aimeriez-vous disputer ?

YB : Je pense que c’est tout le championnat de France qui est très beau. Il est hyper varié, avec beaucoup de différence de terrains. Du coup chaque rallye est différent. Et je ne trouve pas qu’il y ait une manche qui dénote plus qu’une autre. Tous les rallyes ont leurs différences, leurs spécificités, leurs difficultés, et leurs charmes. Et c’est ça qui met plaît dans le Championnat de France !

En mondial, il y a un rallye qui me botte c’est la Catalogne. C’est vraiment un chouette rallye. Après il y a la Pologne. C’est vraiment un rallye magnifique. D’un point de vue pilotage c’est un vrai régal, des hautes vitesses avec beaucoup d’appui, c’est super sympa. Ces deux-là dénotent selon moi. Après, les rallyes du mondial sont vraiment tous différents et très beaux, le Monte-Carlo, le Tour de Corse… En fait c’est la diversité des rallyes qui me plaît.

Un rallye comme la Nouvelle-Zélande me fait rêver qui n’est plus au calendrier. Mais je pense que c’est un rallye qui fait bien rêver les pilotes.

LMSA : Que vous souhaiter pour les saisons à venir ? Quel est votre programme pour 2018 ?

YB : Une bonne année, ce serait déjà pas mal;) La seule chose à nous souhaiter c’est qu’on soit heureux dans ce que l’on fait et que ça continue comme ça. Tant qu’on prend du plaisir à rouler, tout ira bien.

Aujourd’hui je ne peux dire grand chose sur mon programme. On va refaire le Championnat de France des Rallyes Asphalte, ça c’est sûr. Mais pour le mondial, rien n’est acté. On travaille à l’heure actuelle sur notre programme en mondial. Et ce serait bien de revenir sur les terres du mondial. C’est l’objectif, avec la nouvelle voiture.

LMSA : Est-ce que vous êtes intéressé par du Rallycross ou du Rallye-Raid ?

YB : Non, pour l’instant je suis vraiment focalisé sur le rallye. Et, pour l’instant, je ne regarde pas trop ce qui se fait à côté. Je suis 100% rallye. Après si j’ai l’opportunité de faire quelque chose à côté pourquoi pas, mais pour le moment c’est le rallye qui me convient le mieux.

Merci à Yoann Bonato pour ses réponses, sa sympathie et sa spontanéité ! En lui souhaitant le meilleur pour 2018.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR