Le Mag Sport Auto

Renault F1 : Abiteboul stupéfait par la fierté de Racing Point et son « travail de faussaire »

Cyril Abiteboul, Renault F1, atteint par le départ de daniel ricciardo

Comme nombre de Français, Cyril Abiteboul n’a que rarement la langue dans sa proche. Et visiblement, le responsable de l’écurie tricolore Renault F1, en Formule 1, n’apprécie pas l’attitude des gens de Racing Point. Car, outre le fait que ces derniers aient littéralement reproduit la Mercedes de 2019, ils affichent une certaine fierté d’avoir réaliser cela. C’est, tout du moins, l’avis d’Abiteboul.

Renault F1 : Cyril Abiteboul inquiet

Si Racing Point a déjà fait couler beaucoup d’encre du fait de la monoplace présentée pendant les essais de Barcelone (une copie de la Mercedes de 2019), la polémique grossira plus ou moins à l’avenir, selon les résultats qu’obtiendra l’écurie en question. En effet, avec un tel concept, potentiellement, Perez et Stroll pourraient disposer d’une arme redoutable, capable de mener le peloton de chasse derrière Ferrari, Mercedes et Red Bull. Voire plus, en début de saison, qui sait…

Alors forcément, chez Renault, on s’inquiète un peu. D’autant que de nombreuses pièces de F1 devraient être gelées dans leur développement pendant deux saisons de plus, si le projet souhaité par les pouvoirs sportifs va au bout. Du fait de la crise traversée en ce moment. Autrement dit, une monoplace rapide cette année aura de bonnes chances de le rester en 2021 puis en 2022.

cyril abiteboul, renaultOutre cette peur légitime, Cyril Abiteboul parait médusé de l’attitude qu’affichent les « concepteurs » de la Racing Point de 2020. Car, pour le Français, il se dégage une fierté du travail accompli : « Déjà, quand même, je remarque l’espèce d’honnêteté qu’ils ont à dire qu’ils ont copié. C’est un peu la première fois, en tout cas dans ma mémoire depuis que je suis en Formule 1, que les gens ont une vraie fierté du travail de copie, du travail de faussaire. Comme quand on trouve un faussaire qui est hyper satisfait du boulot qu’il a fait. Bon, ça vaut quand même pas l’œuvre originale ou la fierté de travailler sur une œuvre originale… », a-t-il déclaré sur Canal Plus récemment.

Avant de poursuivre : « Toute la question est de savoir si, sur la base d’informations publiques, il est possible de faire un boulot aussi précis, qui marche aussi bien ? Je ne vais pas aller plus loin à ce stade, mais c’est quand même une question qu’on est en train de se poser ».

Avec de tels propos, l’on imagine que le losange, comme d’autres, vont probablement tenter quelque chose auprès des pouvoirs sportifs. Car, comme toujours, l’on joue avec les limites du règlement, parfois en les dépassant de manière si subtile qu’aucune sanction ne peut être appliquée. Attendons néanmoins le verdict du chronomètre, pour vérifier à quel point le concept de « copie » donnera des résultats.

Formule 1 : la Racing Point RP-20 et Perez

 

 

 

 

 

 

 

source

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR