Le Mag Sport Auto

Renault F1 : le losange peut-il se rattraper en Toscane ?

renault F1

Finalement, si le le résultat de Renault en Italie était plutôt bon, dans l’absolu, la déception était de mise après une occasion manquée. Car, quand une Alpha Tauri s’impose devant une Mclaren (de nos jours) et une Racing Point, oui, il n’est pas anormal de parler « d’occasion manquée ». D’autant que sur ce tracé de Monza, le losange était supposé disposer de l’une des meilleures monoplaces du plateau.

Renault – Le Mugello, un circuit pas si éloigné…de Spa !?

A Monza, le week-end dernier, Renault était bien devant Red Bull, comme nous le supposions en amont. Malheureusement pour les tricolores, d’autres équipes étaient également devant…Résultat, Daniel Ricciardo et Esteban Ocon n’ont pas enregistré le résultat escompté, sachant que le podium était accessible à quasiment tous les Teams. Alors, est-ce que les deux hommes pourront se rattraper en Toscane ? Telle est la question…

Sur le papier, le tracé du Mugello devrait engendrer des réglages mixtes, du fait de l’enchaînement entre des lignes droites et des courbes rapides. C’est à dire qu’il y aura plus d’appui qu’à Monza mais moins qu’à Budapest, par exemple. Le tout saupoudré d’un poil de dénivelé. Tiens, cela fait un peu penser à Spa ! Un circuit ou les Renault avaient été particulièrement bonnes cette année. De là à dire qu’un réglage « mixte » convient à la monoplace française, il n’y a qu’un pas à franchir…Mais en réalité, compte-tenu du nombre de paramètres entrant en ligne de compte, difficile d’être vindicatif sur ce sujet. Alors, contentons-nous de souhaiter aux jaunes d’être dans le bon wagon.

Daniel Ricciardo : « Je suis vraiment enthousiaste à l’idée de piloter une F1 moderne au Mugello. J’y
suis allé pour de la Formule Renault en 2007, puis pour des essais en F1 en 2012. C’est un tracé
tellement fluide et rapide. C’est rythmé et cela demandera beaucoup de travail au volant. Je pense
que nos têtes s’arracheront de nos cous à cause des changements de direction et des courbes à
moyenne et haute vitesse… Cela devrait être plutôt génial ! Il est difficile de prédire le meilleur
endroit pour dépasser en course avec les monoplaces actuelles. Je dirais le premier virage, mais je
crois que nous freinerons tard pour plonger à l’intérieur comme il s’agit d’une courbe assez longue.
Ce sera compliqué d’y surprendre quelqu’un en lui faisant les freins, mais c’est justement tout le
défi. »

Esteban Ocon : « Le Mugello a l’air d’être une piste fantastique pour le rythme pur. Je n’y ai aucune
expérience puisque je n’y ai jamais roulé. D’après ce que j’ai vu sur mon simulateur, cela semble être
un défi de taille pour la voiture, le pilote, mais surtout les pneus dont la gestion sera cruciale tout au
long de la course. J’y ai fait beaucoup de tours au simulateur et l’on y retrouve de superbes
enchaînements avec certaines courbes rapides qui devraient être extrêmement impressionnantes
avec les monoplaces actuelles. Je pense que les niveaux d’appuis seront de moyens à élevés, avec
une forte dégradation des pneumatiques. Nous aurons aussi mal au cou, donc il faudra garder cet
aspect à l’esprit durant notre préparation. »

Aussi, Esteban Ocon soulève un autre problème, celui de la gestion des pneus. Car, oui, sur ce tracé, les gommes Pirelli devraient particulièrement souffrir. De quoi offrir une course à rebondissements ? Nous serons rapidement fixés…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR