Le Mag Sport Auto

Romain Grosjean retrouve son chat noir en Hongrie

Romain Grosjean dans sa Haas

Un temps dans le top5 du Grand Prix de Formule 1 de Hongrie, Romain Grosjean termine 18e. La faute à un accrochage avec Alex Albon, selon lui.

Romain Grosjean aurait-il pu finir à une meilleure position que 16e au Grand Prix de Hongrie, dimanche 19 juillet? Le Français affirme que oui, s’il ne s’était pas accroché avec Alexander Albon.

Romain Grosjean dans le top5 en début de course

Parti depuis le fond de grille après des qualifications difficiles, Romain Grosjean s’est rappelé au bon souvenir de tous dès les premiers tours. Sur une piste séchante, Haas a joué une stratégie culottée mais efficace. L’équipe de Kannapolis a décidé de faire rentrer ses deux monoplaces dans le tour de formation pour chausser les slicks.

Un pari gagnant car Magnussen et Grosjean se sont retrouvés aux 3e et 4e positions, à la faveur des arrêts aux stands de leurs adversaires. Une position que les deux hommes ont même réussi à défendre, lors des premiers tours.

Contact avec Alex Albon

Tout allait donc très bien pour Haas, qui visait le top10. Si Magnussen a réussi à accrocher les points, il n’en a rien été pour Romain Grosjean. Rattrapé par Alex Albon et sa Red Bull, le Franco-Suisse a été surpris par le dépassement du Thaïlandais, au virage 1 du 29e tour.

Les deux hommes se sont légèrement touchés. Mais cela a suffit à endommager l’aileron avant de la Haas #8 et lui faire perdre en efficacité. « Tout se passait bien, puis malheureusement Albon a fait un dépassement tardif sur moi au premier virage, a expliqué le tricolore. Il a heurté mon aileron avant et l’a endommagé. »

« J’ai eu beaucoup moins de performances dans la voiture après cela. Nous avons essayé mais les choses se sont désynchronisées. Nous ne pouvions tout simplement pas rester dans les points. » 

10 secondes de pénalité pour « une bonne décision« 

Romain Grosjean a donc franchi la ligne en 15e position, quand Magnussen prenait le 9e rang. Les deux hommes ont toutefois été pénalisés de 10 secondes pour avoir été aidé par leur ingénieur lors du tour de chauffe. Ils concluent respectivement au 16e et au 10e rang.

Le Franco-Suisse estime toutefois que Haas a pris « une bonne décision » en rentrant dans le tour de chauffe. « J’ai dit à la radio que la piste était trop sèche pour des intermédiaires, donc nous avons pris le pari de chausser des slicks. Les premiers tours étaient un peu compliqués, mais après cela (…) le rythme était bon. »

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR