Le Mag Sport Auto

Romain Grosjean victime de ses vieux démons ?

Terrible série noire pour Romain Grosjean qui, après le désastre de Bakou s’est enfoncé un peu plus encore dans un marasme, dont il va être difficile de s’extirper. Cette-fois, c’est dès le premier tour que son aventure s’est achevée, avec un carambolage provoqué, semble-t-il, par une erreur de jugement de sa part…

Accablé, Grosjean traverse une très mauvaise passe

Il ne doit pas faire bon être Romain Grosjean, en ce moment. Personne n’aimerait, en effet, traverser ce que vit le tricolore, psychologiquement, dans ces moments particulièrement difficiles mais surtout, humiliants. Le contraste entre ses propres déclarations sur ses ambitions (devenir champion du monde, signer chez Ferrari, etc.) et ses erreurs de quasi-débutant provoquent, à chaque fois un tonnerre particulièrement retentissant.

Alors, oui, les pilotes ont tous droit à l’erreur. Mais depuis qu’il est chez Haas, le Français a tendance à les accumuler, pris au piège entre une énergie parfois négative et un vrai manque de réussite. Entre des commentaires agacés, des critiques vives (pas pas toujours constructives) via sa radio, des recadrages publiques de son patron (Steiner) et ses erreurs de plus en plus fréquentes, Romain semble empêtré dans une situation dont il semble passager.

La préparation mentale : clé du problème ?

Nous savons que le Français avait fait appel à un préparateur mental après ses multiples bévues, au début de sa carrière en Formule 1. Chose qui avait porté ses fruits avec Lotus, équipe avec laquelle il avait réussit de grandes choses. Le tricolore a-t-il, depuis, mis fin à son travail mental ? C’est la question que nous posons, aujourd’hui, compte-tenu de son attitude, depuis le milieu de la saison 2016, approximativement. En effet, il semble incapable de gérer la frustration et de se servir des mauvaises passes pour rebondir et devenir plus fort. Attitude pourtant essentielle, pour qui souhaite gagner des Grand-Prix, en F1.

D’ailleurs, le Romain de ces derniers mois ressemble de plus en plus à celui de ses débuts, à savoir un pilote manquant de concentration et ne prenant pas les bonnes décisions, en situation d’urgence. Il en résulte un comportement qui fait d’avantage penser à celui d’un rookie, comme le disait d’ailleurs son patron, Gunther Steiner, après son contact avec le mur, à Bakou. Ce qui nous ramène, une fois encore, à cette idée de préparation mentale.

Problème, son équipe semble, progressivement, se lasser de ses errements. Sachant que, depuis son arrivée chez Haas, Grosjean n’a jamais caché son envie de partir vers une autre écurie, pour disposer d’un matériel plus performant. Des déclarations qui pourraient jouer en sa défaveur, à l’heure ou la Direction se posera la question de la prolongation de son contrat. D’autant que derrière, Ferrari pousse pour imposer ses jeunes pilotes et s’investir plus fortement au sein de l’équipe américaine. Et il est clair que, aujourd’hui, le choix entre Magnussen et Grosjean serait rapidement fait.

Quel avenir pour Grosjean ?

Alors, la situation est-elle perdue pour Romain Grosjean ? La fin de carrière est-elle imminente pour lui ? Rien n’est encore joué. Car, se profilent deux Grand-Prix très importants à savoir, Monaco puis, le Grand-Prix de France (après le GP du Canada, tracé qui lui sourit généralement). Deux circuits « à la maison » dont il devra se servir pour, enfin, nous montrer son meilleur visage. Histoire, dans l’urgence, de redonner confiance à ses employeurs…Dans le cas contraire, Romain confirmerait un immense gâchis, compte-tenu de son talent, qui reste bien réel. Rendez-vous en Principauté avec, nous l’espérons, une belle réaction sur la piste.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *