Le Mag Sport Auto

Test : TT Isle of Man, la course sur deux roues réservée à l’ élite ?

Les véritables puristes des courses sur deux roues connaissent sans aucun doute le TT Isle of Man, un trophée particulièrement impressionnant mais aussi, terriblement dangereux. Et bien la compétition débarque sur consoles par le biais d’un jeu développé par les Français de Kylotonn. Voici le test de TT Isle of Man : ride on the Edge.

TT Isle of Man : enfer ou paradis ?

Il ne se passe pas un mois dans qu’un jeu de course, auto ou moto, ne voit le jour. Dernièrement, Milestone nous servait coup sur coup, Monster Energy Supercross puis Gravel, deux titres résolument tournés vers le cross. C’est au tour de « l’autre » studio spécialisé dans ce type de production, Kylotonn, de nous proposer une adaptation vidéoludique d’une compétition, avec TT Isle of Man : ride in the Edge.

L’île de Man, pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas, est le théâtre d’un trophée quasi-mythique, comparable au circuit du Nordschleife en auto, mais en nettement plus dangereux ! Il s ‘agit, en effet, d’une course improvisée en pleine nature, au beau milieu de bois, villages et autres prairies jonchant la célèbre île appartenant à la Grande Bretagne. Un peu l’équivalent d’un Rallye, s’il fallait comparer à un style de compétition automobile.

Et si la course principale est particulièrement longue (puisque faisant le tour de l’île en question soit plus de 60 kilomètres), différents tracés issus de l’environnement ont été déclinés, afin d’offrir un peu de diversité aux pilotes. Bonne nouvelle pour les pros du paddle, qui vont, ainsi, disposer de différents circuits (avec deux formats possibles, course en groupe ou « façon rallye », c’est à dire face au chrono). De la sorte, plusieurs circuits à parcourir le matin, à midi, en soirée vous sont offerts. Mais c’est à ce niveau qu’il va falloir faire attention, lors de l’acquisition du jeu car seules 9 pistes distinctes sont au programme. Ainsi, les « simples » amateurs de jeux de courses « classiques » pourraient ne pas adhérer. A moins de venir dans TT Isle of Man pour une seule et vraie raison : les sensations !

TT Isle of Man : orgasmique ! Mais…

Car c’est sur ce point que le titre de Kyotonn va vous couper le souffle ! Comme son illustre modèle de la réalité, l’épreuve de l’ île de Man est l’une des plus folles au monde. Pour peu que vous choisissiez l’une des deux vues intérieures (deux vues extérieures sont également disponibles), vous allez rapidement vivre des choses qu’aucun autre jeu ne vous aura délivré jusqu’ici. Frissons, adrénaline, étourdissements, TT Isle of Man n’est pas à prendre comme un simple jeu, mais une « expérience »…

D’autant que sa prise en main, ultra-punitive et d’une finesse redoutable, ne tolère aucune défaillance en matière de concentration. Ainsi, pour venir à bout de la course principale, vous devrez rester dans « la zone » (technique de concentration familière des sportifs de haut niveau) pendant plus de 20 minutes afin de ne pas chuter. Ce qui constitue déjà un challenge particulièrement relevé.

Car, même en activant toutes les aides au pilotage, TT Isle of Man exigera de votre part un investissement total et une maîtrise irréprochable. Elitiste ? Clairement ! Et c’est bien cela qui plaira aux purs amateurs de deux roues en quête d’un monument vidéoludique. Car, à plus de 300km/h, à quelques millimètres des arbres, barrières et autres trottoirs, croyez-nous, les montées d’adrénaline sont à la fois nombreuses et intenses…quelle claque ! Si bien qu’après avoir bouclé un tour, il vous faudra quelques secondes pour vous en remettre, après avoir prononcé deux ou trois mots que la bienséance nous empêchera de répéter ici.

Frissons, adrénaline, étourdissements, TT Isle of Man n’est pas à prendre comme un simple jeu, mais une « expérience »…

Néanmoins, cette notion d’élitisme peut rendre TT Isle of Man particulièrement agaçant, pour un joueur qui ne disposerait pas de la patience nécessaire. Car, quelle que soit votre expérience sur ce type de jeu vidéo (quoique, nous aurions du mal à trouver un équivalent…), les gamelles seront légion. Une fois encore -nous ne cessons de le dire !- les jeux de motos sur consoles restent limités en raison de l’absence d’accessoires (un guidon, en l’occurrence) permettant de s’immerger pleinement dans une course, comme cela est le cas en automobile. Du coup, c’est au pad qu’il faudra exceller, sachant que chaque erreur de direction, même légère, vous coûtera cher…

Un mode carrière…paresseux !

Dans tous les sens du terme, d’ailleurs puisque, en mode carrière, vous devrez régler la note lorsque vous infligerez des dégâts à votre bécane. Ce mode carrière manque d’ailleurs un peu d’ambiance, puisque se limitant à une succession d’invitations sur différentes courses, afin de récolter des fans et de l’argent, pour acquérir de nouvelles motos, du Supersport au Superbike et, prochainement, au Sidecar, grâce à un DLC annoncé par l’éditeur. Pour le coup, on aurait pu étoffer un peu l’ensemble et agrémenter le soft de cinématiques, par exemple.

Néanmoins, compte-tenu de la difficulté du jeu, si vous avez la patience et la volonté, vous jouerez un sacré bout de temps, ne serait-ce que pour débloquer la cinquantaine de machines, par ailleurs soigneusement représentées. Même souci du détail côté bande-sonore, avec des imitations de moteurs très réalistes et propres à chaque moto. Les puristes apprécieront, c’est une certitude. Toujours côté sonore, de petits détails comme le sifflement du vent jouent également un grand rôle dans l’aspect immersif du soft et les frissons qu’il génère. Et que dire de l’évolution visuelle de la visière du pilote qui, au fil des pointes de vitesse, s’imprègne progressivement de saletés, comme cela serait le cas dans la réalité… Beau boulot, car l’on a parfois l’impression de quitter les limites du jeu pour vivre une expérience bien réelle. Troublant, prenant, captivant, trippant, aussi.

Visuellement, si les deux roues sont très bien représentées, les environnements restent assez ternes et pas forcément ultra-beaux. Pas de quoi gâcher l’expérience pour autant, 90% du plaisir de jeu venant du gameplay et de la notion de vitesse/gestion du son. Autre critique, à l’égard des chocs et collisions, mal gérés. Ainsi, lors de courses en peloton, une certaine inégalité semble régner d’un contact à un autre. Vous tomberez parfois sans comprendre réellement pourquoi alors que des touchettes plus musclées resteront, dans certains cas, impunies. Mention « moins » également pour l’ I.A, qui ne tient quasiment pas compte de votre présence. Côté framerate, on est plutôt dans le bon,  bien que quelques rares chutes aient été constatées durant notre test. Mais s’agissant de quelques cas (très) isolés, nous n’en avons pas tenu compte dans la note finale attribuée au soft.

TT Isle of Man : un jeu de course…unique !

TT Isle of Man, c’est avant tout une promesse : reproduire à l’identique la mythique course de Snaefell Mountain et ses sensations uniques. Et bien, soyez rassurés, le pari est largement tenu ! Clairement, nous n’avions jamais vécu de telles sensations sur un jeu vidéo de course. Avec la vue intérieur, dans la bulle, en vitesse maximale, soyez certains, vous ne vous en remettrez pas. Des sensations totalement uniques que Kylotonn est parvenu à retranscrire de manière magistrale. Congratulations, sur ce point.

Oui mais voilà, TT Isle of Man est aussi et surtout intransigeant. Ainsi, les amateurs d’arcade pure sont invités à passer leur chemin sans se retourner. Car la période d’apprentissage et d’adaptation, manette en main, sera longue et douloureuse. Et même si le jeu en vaut clairement la chandelle, mieux vaut disposer d’un capital patience important. Vous l’aurez compris, le Gameplay de ce jeu de course n’est pas fait pour tout le monde. Et même en activant toutes les aides au pilotage, il vous faudra un long moment avant de maîtriser vos deux roues.

Pour le reste, c’est au niveau du contenu qu’on reste un peu sur sa fin avec peu de modes de jeux, une carrière pas forcément ultra passionnante et, logiquement, un nombre restreint de pistes. Côté « technique », c’est l’inégalité qui est au programme avec, d’un côté, des motos très bien reproduites, une sensation de vitesse et des aspérités de la piste quasi-parfaite, une bande-sonore exceptionnelle puis, de l’autre, des environnements un peu ternes, une I.A vraiment « ras les pâquerettes » et une gestion des collisions pour le moins incompréhensible.

Au final, TT Isle of Man deviendra vitre un jeu « référence » pour les amoureux de la célèbre course et celles et ceux en quête de sensations (voire, d’émotions…) uniques. Car, pour peu que vous soyez capable d’apprivoiser la prise en main très délicate, un univers de plaisirs -quasi-orgasmiques- s’ouvrira à vous…Et si vous hésitez encore, nous nous invitons à l’essayer avant de passer à la caisse.

La note Le Mag Sport Auto

14/20

Nous avons adoré :

  • des sensations de vitesse difficilement égalables
  • une immersion totale dans la course
  • presque toutes les marques et pilotes sous licence
  • la bande-sonore
  • la modélisation des motos
  • la fidélité de retranscription du tracé de Snaefell Mountain
  • les effets visuels (visière)
  • une véritable « expérience »…

Nous avons détesté :

  • mode carrière un peu paresseux
  • mauvaise gestion des collisions
  • peu de modes de jeu
  • environnement ternes
  • pas de jeu à deux en local
  • I.A raz les pâquerettes
  • pas de possibilités de réglages…
  • prise en main pas accessible à tous

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *