Le Mag Sport Auto

24H du Mans : Revivez les moments forts des dix dernières éditions !

Il y a deux semaines, le Mans vivait au rythme des 24 Heures. Quoi de mieux pour célébrer la mythique épreuve française qu’un petit « flashback » sur les moments marquants des dix dernières éditions ?

Souvenez-vous, il y a dix ans. Peugeot revenait en endurance avec ses 908 futuristes à cockpit fermé. La firme française n’avait plus gagné depuis 1993. Audi révolutionnait l’endurance en motorisant ses R10 avec un diesel. Pescarolo roulait encore et toujours, première des « essences ». C’était il y a dix ans à peine et pourtant cela parait si loin… Retour sur les moments forts des 24 Heures depuis 2008.

Des exploits

  • 2009 : Doublé Peugeot dans la Sarthe

Il aura fallu attendre seize ans pour que les 908 succèdent aux 905. Après son retour au Mans en 2007, les Peugeot n’avaient jamais su trouver l’astuce pour battre les Audi sur leur terrain. Finalement, en 2009, tout bascule. Les 908 étaient tout simplement plus fortes que les toutes nouvelles Audi R15. Le trio Brabham-Gené-Wurz s’imposa devant les Français Montagny-Bourdais-Sarrazin. Ce fut la seule victoire du lion dans la Sarthe avec le programme 908.

  • 2010 : Presque 400 tours et désastre Peugeot

Triplé Audi autoritaire. Malgré une vitesse de pointe et un rythme de course supérieur, les quatre Peugeot 908 engagées n’ont pas vu la ligne d’arrivée. Les prototypes français étaient en proie à d’inquiétants problèmes moteur. Cela laissa donc la voie libre à l’armada Audi. La R15+ #9 de Timo Bernhard, Romain Dumas et Mike Rockenfeller passa la ligne d’arrivée à trois boucles de la barre mythique des 400 tours. Le trio aura parcouru 5410 kilomètres, battant ainsi le record de distance anciennement tenu par la Porsche 917 d’Helmut Marko et Gijs van Lennep (5335 km) en 1971.

La troisième séance qualificative de l’édition 2016 était noyée sous la pluie. La piste étant impraticable, la direction de course la neutralisa en brandissant le drapeau rouge. Dans une tentative de sortie, la voiture de sécurité se retrouva dans une délicate situation aux abords des Esses Dunlop. Mais au volant de l’Audi R8, il y avait un as : Yannick Dalmas, quadruple vainqueur des 24 Heures. Les caméras, faute d’action, étaient braquées sur la voiture de sécurité. Cela n’a pas refroidi Dalmas qui, sentant sa R8 partir de l’arrière, contrôla magnifiquement le véhicule pour offrir aux spectateurs un drift à faire pâlir d’envie Keiichi Tsuchiya, le « Drift King » en personne.

Des accidents

  • 2011 : Le terrible accident d’Allan McNish

Il est rare de voir des abandons dans la première heure de course au Mans. Encore moins des accidents. Pourtant, en 2011, Allan McNish est un des premiers à partir au tapis. L’Audi R18 #3 entame son 14e tour lorsqu’elle tombe sur un groupe de GTE dans les Esses Dunlop. McNish peut se défaire de son Audi #1 sœur et tente d’attaquer directement la Ferrari 458 Italia #58 d’Anthony Beltoise. Malheureusement, le pilote français ne voit pas l’Audi arriver, serre un peu trop la machine allemande et… l’envoie s’écraser contre les barrières à l’extérieur du virage.

L’Audi est complètement détruite et le plus impressionnant est de voir McNish sortir de la carcasse sans être blessé ! Plus incroyable encore, malgré la présence de photographes juste derrière les rails, personne n’a été touché par les morceaux de carrosserie laissés par l’Audi. C’est à se demander comment des barrières sans grillages ont réussi à contenir une LMP1 lancée à toute vitesse !

Décidément, les Ferrari et les LMP1, ça coince. La course venait à peine de débuter au Mans avec 19 heures de course restantes. Dans la descente vers Mulsanne, la Toyota TS030 #8 d’Anthony Davidson tente de dépasser la Ferrari 458 Italia #81 de l’AF Corse. Mais la dernière serre Davidson à droite. Les côtés se frottent et l’accident est inévitable. Les deux voitures partent dans une grande embardée. De l’air s’engouffre sous la Toyota, la faisant décoller. Elle retombe sur ses quatre roues avant de s’écraser contre le rail protégeant le rond-point. Mais la Ferrari, sous la force du choc, se retourne. Les deux pilotes s’en sortent très bien mais la course a longtemps été neutralisée pour réparer les rails de sécurité.

Et des arrivées dramatiques

  • 2016 : Scénario hollywoodien

Ajoutez-y toute l’authenticité du monde, personne n’aurait cru à un tel dénouement. Les acteurs principaux de ce scénario ? La Toyota #5, recherchant éternellement son premier sacre au Mans, et la Porsche #2, déjà gavée de 17 victoires dans la Sarthe. A cinq minutes de la délivrance, Toyota tenait sa victoire. Mais à l’approche du dernier tour, à 23 heures et 57 minutes de course, la Toyota s’arrête en pleine ligne droite devant son garage !

Son pilote, Kazuki Nakajima, est contraint de redémarrer sa voiture car elle perdait de plus en plus de puissance. C’est alors que tout un stand Toyota catastrophé aperçoit son bourreau. La Porsche #2 avale les ultimes virages, dépose la Toyota meurtrie et file vers la victoire ! Hugues de Chaunac, impliqué dans le projet Toyota au Mans, a les larmes aux yeux. Porsche gagne ses 18èmes 24 Heures et la Toyota #5, qui a officiellement mis plus de dix minutes pour terminer son tour, est déclassée ! Le dernier tour était trop lent…

  • 2017 : Finish sous haute tension en GTE Pro

Tout comme l’édition 2016, l’arrivée des 24 Heures du Mans 2017 a été sous haute tension. Cette fois-ci, l’attention générale n’était pas en LMP1 mais en GT. Grâce à (ou à cause de ?) la balance de performance, les écarts en GTE Pro étaient terriblement minces. Ainsi, la Corvette #63 et l’Aston Martin #97 ont livré une bataille exceptionnelle dans la dernière heure. Chevrolet semblait avoir l’avantage mais une crevaison lente redistribua les cartes. Dans l’ultime virage emmenant les bolides vers le dernier tour de course, Jonny Adam et son Aston Martin portent une attaque dévastatrice sur la Corvette qui ne peut rien faire. Les Britanniques remportent ainsi la victoire en GTE Pro.

https://twitter.com/24heuresdumans/status/876425543687778305

Aurélien Attard

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *