Le Mag Sport Auto

Formule e : Interviews de Loïc Duval et Jérôme D’Ambrosio

L’ ePrix de Monaco de Formule E était l’occasion rêvée, pour Le Mag Sport Auto, de nous entretenir avec les différents pilotes composant le plateau. Ainsi, après Sébastien Buemi et Jean-Eric Vergne (pilotes DS/Virgin à venir), c’est au tour des pilotes du Faraday Future Dragon Racing de répondre à nos questions. Nous parlons, bien évidemment, du Français Loïc Duval et du Belge Jérôme D’Ambrosio. Malheureusement pour eux, l’épreuve monégasque n’aura pas été couronnée de réussite pour les deux hommes. Voici les deux interviews, réalisées la veille de la course. Deux entretiens très courts, en raison des impératifs des pilotes.

Loïc Duval

Le Mag Sport Auto : Bonjour Loïc, peux-tu nous dire comment se passe ta saison ?

Loïc Duval : Cette année j’ai 2 programmes, Formule e  et DTM, en parallèle. Donc par rapport à Jérôme, j’ai moins de temps pour m’impliquer avec l’équipe. Mais nous essayons toujours d’optimiser les performances au maximum avec notre expérience, afin de mettre l’équipe sur les bons rails pour la suite.

LMSA : Un petit point sur ton début de saison ?

L.D : Plutôt positif en termes de performances. Nous avons franchi un bon pas en avant par rapport à l’an dernier sur le plan de la performance. Nous avons été très malchanceux en ce début de saison. Car sur 5 courses il y en a 4 au cours desquelles la voiture s’est arrêtée en piste. C’est problématique car peu avec peu de temps en piste, difficile de marquer de points. De plus, il y a eu 2 séances de qualifications à l’issue desquelles je n’étais pas très content de mon travail. Mais sinon, la performance globale, en course notamment, ainsi que la gestion de l’énergie se sont améliorés. Avec moins d’erreurs et d’incident, nous pourrions jouer le top 5 régulièrement.

LMSA : Pour avoir roulé sur le tracé F1 en monoplace junior, peux-tu nous dire s’il y a une différence notoire avec celui dédié à la FE ?

L.D : J’ai eu de la chance de rouler sur le circuit F1, que j’affectionne particulièrement. En Formule e, je préférerais l’utiliser en totalité, pour être honnête. Notamment dans le but de disposer de plusieurs points de dépassements. L’objectif est d’avoir des circuits compacts pour avoir un maximum de visibilité. Alors, peut-être le ferons nous en saison 5 ou 6.

LMSA : Tu es un pilote reconnu, notamment avec plusieurs victoires au Mans. A titre de comparaison avec tes camarades de la FE, trouves-tu des différences en termes de pilotage entre LMP1 et FE ?

L.D : A conduire il n’y a aucun rapport en termes de vitesse, de poids et d’aérodynamique. Mais cela se rejoint sur un point, c’est la gestion de l’énergie sur un tour et en faire le meilleur usage possible, comme en endurance.

LMSA : Loïc, merci pour cet entretien et bon courage pour la suite de la saison.

Jerôme D’Ambrosio

LMSA : Comme le disait Loïc tu t’impliques à 100 % dans l’écurie car c’est ton unique programme, qu’apportes-tu à l’équipe ?

J.D : Je passe beaucoup de temps à essayer de les aider, pour améliorer la performance. Ce n’est pas facile et même si Loïc a raté les 4 premières courses il m’aide beaucoup à ces fins.

LMSA : Comment abordes-tu les courses (tous les circuits sont en ville) ?

J.D : Il faut être performant en qualification, si la voiture le permet et ensuite, éviter les embûches, notamment au premier virage (Monaco est un des plus complexes sur ce point). Après, il faut bien gérer l’énergie et combiner cela à une bonne stratégie.  A partir de là, le top 5 voire, le top 3, est possible.

LMSA : Quel est ton objectif cette saison ?

L.D : Comme je l’ai dit précédemment c’est de marquer des points régulièrement et jouer le top 5 et les podiums, quand la possibilité s’offre à nous. Nous allons travailler dur pour revenir devant et ce dès le ePrix de Paris, dans quelques jours.

LMSA : Merci de nous avoir accordé ton temps précieux, Loïc.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *