Le Mag Sport Auto

Grand-Prix F1 d’Allemagne 1994 : une course explosive

Retour de notre rubrique « flash rétro » sur Le Mag Sport Auto. Nous allons cette-fois nous attarder sur un Grand-Prix en particulier, émaillé par de nombreux incidents, course néanmoins inoubliable pour plusieurs pilotes et écuries; mais aussi pour les spectateurs. Il s’agit du Grand-Prix d’Allemagne 1994 qui se déroulait à Hockenheim, l’un des tracés les plus rapides du championnat à l’époque.

Cette année-là, les Ferrari et leurs V12 faisaient merveille sur ce type de piste, grâce aux nombreux chevaux installés dans le bloc Italien, supérieur aux V8 Ford Zetec et V10 Renault en matière de puissance. Logiquement, les deux Ferrari –Berger devant Alesi- s’y élançaient en première ligne. Mais dès le départ, une manœuvre pour le moins hasardeuse de Mika Hakkinen (Mclaren Peugeot) allait réduire à néant les espoirs de nombreux pilotes, suite à un carambolage gigantesque, suivi d’un nouvel accident quelques virages plus loin.

Devant, Gerhard Berger prenait le commandement alors que Jean Alesi abandonnait sur problème mécanique. Schumacher (Benetton Ford) pointe alors à la deuxième place alors que Damon Hill rentre aux stands sur problème mécanique. L’étonnant Ukyo Katayama (5ème sur la grille de départ) sur Tyrell-Yamaha est 3ème, suivi d’Olivier Panis (Ligier Renault), Jos Verstappen (Benetton Ford) et Eric Bernard (Ligier Renault). Mais ce classement à l’issue du 1er tour va encore évoluer…

Si les Williams sont désormais à plus d’un tour des leaders, Michael Schumacher entame une remontée après un arrêt aux stands précoce, tandis que Katayama se retire de l’épreuve sur souci mécanique. C’est alors au tour de Verstappen d’entrer dans les stands, arrêt au cours duquel l’impensable se produit, la Benetton Ford prenant feu pendant le stop, suite à un problème sur la pompe à essence. Le néerlandais s’en sort indemne mais abandonne logiquement, aors que l’un de ses mécaniciens et transféré à l’Hôpital par hélicopère…

Quelques tours plus tard, Michael Schumacher jette l’éponge à son tour, au même titre que Martin Brundle (Mclaren Peugeot) et David Coulthard (Williams Renault). Il ne reste que 10 voitures en course…Erik Comas (Larousse Ford) pointe alors à la sixième place de la course derrière les deux Footwork-Ford de Fittipaldi et Morbidelli, les Ligier de Panis et Bernard étant désormais installées sur le podium, derrière l’intouchable Berger.

Et le classement n’évoluera plus jusqu’à la fin de cette course, Berger permettant à la Scuderia de renouer enfin avec la victoire, grâce à l’effet Jean Todt, en poste depuis moins d’un an (Monza 1993) à Maranello. L’écurie Française Ligier sauvera également sa saison grâce au double-podium de Panis et Bernard, une première pour les deux Français. Un Grand-Prix qui fera également office de « déclic » pour Olivier Panis, qui élèvera son niveau à partir de cette course. Même constat pour Arrows/Footwork, qui marque un maximum de points inespérés (4ème et 5ème), alors que le tricolore Comas (Larousse) marque son second et dernier point de sa saison, mais également de sa carrière. Olivier Beretta –sur l’autre Larousse- terminera à la porte des points (7ème), devant Damon Hill, dernier pilote classé à Hockenheim cette année-là…

Place à cette vidéo d’illustration du G.P d’Allemagne 1994 à Hockenheim, avec ce terrible embrasement de la Benetton de Verstappen dans les stands…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR