Le Mag Sport Auto

Epoqu’auto a fêté ses 40 ans et nous y étions !

Le salon international Epoqu’Auto soufflait, cette année, sa 40ème bougie. Pour fêter cette anniversaire comme il se doit, les organisateurs avaient prévus de nombreuses animations.
Une excellente occasion de vous faire découvrir l’événement au travers de plusieurs reportages et dossiers. Expositions Lamborghini, Renault et autres, nous allons tout vous dire sur ce très attractif événement. Pour commencer, voici une présentation détaillées du salon en question…

Une ambiance unique

Epoqu’auto, c’est l’un de ces rendez-vous uniques alliant automobile (voire même, plus largement, mécanique) historique et contemporaine. Organisé à Lyon depuis 1979, ce dernier a su évoluer dans le temps en conservant toujours sa philosophie de plonger le visiteur dans le monde automobile d’autrefois.

Pour y assister depuis de nombreuses années, il faut dire que l’émotion est toujours aussi prenante. Entre les expositions dédiées à certains constructeurs et les stands pour les pièces, l’on se croirait presque spectateur d’un véritable mondial de l’auto des temps passés, ou chaque décennie plante son décor, trouve sa place et, au final, s’accorde avec les autres.

Mais Epoqu’auto, ce n’est pas que des véhicules historiques. Ce salon international est également l’occasion pour de nombreuses marques de se montrer. Des plus connues (Elf,…) en passant par les projets ambitieux (la Mehari électrique, Eden, ou encore la Smarlinette, une smart avec une coque de d’Alpine A110 berlinette), cet évènement représente une occasion unique de se faire bien voir et permet au visiteur de se plonger dans de nombreux mondes différents.

Pour parler des visiteurs, d’ailleurs, et bien sachez que malgré l’orientation très ancienne (qui pourrait laisser penser que les jeunes générations ne s’y retrouvent pas), ce salon intéresse les petits comme les grands. L’on retrouve en effet des visiteurs de tous les âges, lors de ces trois jours, proposant de se plonger dans l’histoire de l’automobile. Cela ne se dément pas d’ailleurs, avec plus de 60 000 entrées en 2017.

Un historique fulgurant

Si tout n’a pas commencé comme cela, avec 60 000 visiteurs sur trois jours de salon, force est de constater qu’Epoqu’auto aura toujours connu le succès. Tout démarre les 2-3 et 4 Juin 1979.
A l’initiative du club des 3A (Club des Amateurs d’Automobiles Anciennes), une bourse d’échange est créée. Associée à un « Musée automobile de Pentecôte », durant laquelle les membres des 3A exposent leurs voitures, cette première est un succès. Près de 2000 visiteurs se pressent au Palais de la Mécanique de la Foire de Lyon pour admirer les 2000 m² d’exposition.

Les années suivantes confirmeront ce succès avec, dès 1980, la venue et l’inauguration de l’exposition par Monsieur le Maire de l’époque, Francisque Collomb. Ce dernier passera plus de deux heures sur un salon comprenant notamment la reproduction exacte du stand De Dion Bouton du salon de l’auto de 1901 !

1982 marque un tournant dans l’histoire de ce qui ne s’appelle pas encore Epoqu’auto. C’est en effet à ce moment-là que ce nom est déposé. Dans le même temps, le salon continuant de grandir, ce dernier déménage au Palais des Sports de Gerland, pour six années et autant d’éditions couronnées de succès. A tel point que, pour promouvoir encore plus le salon, une nouvelle manifestation nommée « Les 6 Heures de Lyon » voit le jour. Le but ? Présenter les voitures du Club des 3A en différentes catégories, mais en action cette fois. Le tout se déroule dans Lyon même ! (Sur la Rive Gauche du Rhône en 1986, puis au Quai Achille Lignon en 1987).

L’année 1988 représente une nouvelle date clé dans l’histoire du salon. Nécessitant plus d’espace, ce dernier migre effectivement vers la Doua, à l’Espace Double Mixte. Si ‘‘seulement’’ un étage de l’espace est occupé en 1988 et 1989, le lieu va bientôt se retrouver saturé tant le succès est au rendez-vous. De nombreuses éditions forceront ainsi les organisateurs à trouver des parades pour maximiser la place disponible. Plusieurs parties du salon seront ainsi reportées sur des surfaces extérieures au bâtiment même. Cela durera jusqu’en 1997, année ou une rétrospective Ford attire près de 10 000 visiteurs. En besoin d’espace, les organisateurs font alors face à un choix difficile.

Ce choix est le suivant : délocaliser une nouvelle fois le salon (jusque là, rien de bien inquiétant, cela ayant déjà été fait sans poser de souci), mais hors de Lyon cette fois. A l’Eurexpo de Chassieu. Si les avis sont mitigés, le salon Epoqu’auto, 20ème du nom, voit bien le jour à Chassieu en 1998. Toujours avec le succès presque insolent qu’on lui connaît désormais, la surface d’exposition double pour passer à 20 000 m². Le nombre d’entrées suit également le mouvement avec les mêmes chiffres. Le nombre d’exposants, plafonné à 170 depuis de nombreuses années, augmente aussi significativement pour s’établir à 264.

Jean Ragnotti et sa Renault R5 Turbo

L’époque est dorée et, comme presque à chaque fois que quelque chose fonctionne parfaitement, l’évènement va s’attirer les convoitises d’hommes y voyant un autre futur. Si des distensions apparaissent donc dans la tête pensante de d’Epoqu’auto, ce dernier va néanmoins survivre à ces divergences d’opinions. Pourtant stoppé dans sa progression pour l’édition 2000 (avec 25 % d’entrées en moins) et malgré un rival totalement nouveau en la personne du Salon de l’Auto (soutenu par Eurexpo (!)), la manifestation phare du Club des 3A va réussir à survivre et retrouver sa croissance. Après quelques éditions plus difficiles, Epoqu’auto va se redresser et devenir le salon que l’on connaît aujourd’hui ; une manifestation internationale immanquable.

Epoqu’auto aujourd’hui

60 000 visiteurs en 2017 (un chiffre doublé depuis 2007), 50 000 m² de surface d’exposition pleins à craquer, trois jours de salon et trois halls, les chiffres de l’Epoqu’auto actuel sont toujours aussi vertigineux. Si cette édition 2018 ne devait prendre place que dans trois des six halls d’exposition (suite à des travaux), le succès n’allait pas se démentir.

Comme le confirmait certain des organisateurs dès le vendredi, le salon connaissait déjà un grand succès. Pourtant, Epoqu’auto n’est que la surface visible d’un immense iceberg encore et toujours plus ambitieux, celui du Club des Amateurs d’Automobiles Anciennes.

Comme nous l’avoue ainsi l’un des membres, Monsieur Regal : « Epoqu’auto n’est pas la seule manifestation du club. Nous organisons également de nombreuses sorties tout au long de l’année avec les adhérents ».

Autre signe de l’énergie d’Epoqu’auto, la réalisation d’un livre spécial 40 ans sur l’évènement (Epoqu’auto, 40 ans d’histoire et de passion). Dévoilé à l’occasion de l’ouverture du salon, nombre d’informations présentes dans cet article proviennent de cet ouvrage. Tiré à 5 000 exemplaires, il est disponible au prix de 9,90€ sur Internet.

Comme termine ainsi Monsieur Regal : « Nous ne souhaitons pas et ne sommes pas prêts de nous arrêter ! ». Cette manifestation historique devrait donc continuer de grandir. Spécifiquement après un bilan 2018 dont les chiffres devraient être excellents, à vue de journaliste déambulant dans les allées du moins… Quoi qu’il en soit, une série d’articles en lien avec le salon est à venir. Alors, restez connectés…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR