Le Mag Sport Auto

F1 Esports: Entrée en matière explosive de Ferrari et Tonizza !

F1 Esports Pro Series 2019

Le premier event des F1 Esports Series s’est déroulé ce mercredi 11 septembre. Trois courses permettant à Ferrari d’émerger au sommet y ont été disputées.

La saison 2019 des F1 Esports Series s’est lancée en trombe mercredi dernier (11 septembre) à la Gfinity Esports Arena de Londres. Si d’aucun attendaient Brendon Leigh comme le favori pour cette saison, l’anglais double champion du monde a été transparent. De quoi permettre à Ferrari de s’imposer comme le leader en ce début de saison.

Tonizza et Ferrari filent entre les accrochages à Bahreïn

Car dès la course inaugurale, à Bahreïn, l’Italien David Tonizza a signé son premier succès ainsi que pour Ferrari. Qualifié en 3e place, il gagnait une position dès le départ, en réussissant à dépasser la Red Bull de Frederik Rasmussen. Chassant désormais l’Alfa Romeo de Daniel Bereznay, Tonizza s’emparait du commandement du Grand Prix au premier virage du tour 6. Tentant de résister, son adversaire hongrois freinait trop tard. Partant en tête-à-queue, il embarquait avec lui la Red Bull de Rasmussen.

Débarrassée de ses plus proches poursuivants, la SF90 filait alors vers la victoire avec près de 2 secondes de marge. « C’était ma première course en Pro-Series, la première de l’équipe, donc c’est juste fou, déclarait Tonizza après-course. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé (avec Bereznay) (…) mais je freinais et il m’est rentré dedans. On verra ça plus tard, concluait le nouveau vainqueur.

Derrière lui, Renault accrochait le second rang grâce au surprenant Jarno Opmeer. 3e, Salih Saltunc plaçait tout de même une Alfa Romeo sur le podium. Déception, en revanche, pour Brendon Leigh. Qualifié 10e, le double champion en titre ne faisait pas mieux que 5e.

En Chine, la stratégie et la chance sourient de nouveaux aux italiens

Et la 2e course n’allait pas se dérouler de meilleur manière pour l’anglais de Mercedes. Disputée sur le circuit de Shanghai, ce dernier partait 8e. S’il remontait quelque peu, il était malheureusement victime d’un contact avec le poleman, Daniel Bereznay, lui-même souffrant d’un problème de freins. De quoi faire perdre son aileron avant et du temps à la Mercedes, tandis que l’Alfa Romeo devait jeter l’éponge. Un nouveau résultat blanc prolongeant le début de saison déjà catastrophique de l’ex-pilote Mercedes, Daniel Bereznay.

En tête, tout souriait en revanche à David Tonizza. Parti 4e, l’Italien effectuait un undercut au tour 3 pour prendre le meilleur sur ses adversaires. Forcé de résister dans les derniers tours, il gérait sa vitesse au mieux pour se défendre et s’emparer d’une deuxième victoire en deux courses. « C’est juste incroyable. La pression en fin de course était très forte. C’était très dur mais j’ai réussi à garder ma vitesse, donc je suis très heureux, expliquait-il.

Deuxième de cette manche chinoise, Frederik Rasmussen se rattrapait après son erreur à Bahreïn. « J’ai eu quelques problèmes en course 1 qui m’ont empêché de me battre jusqu’au bout déclarait-il. Mais je suis remonté de la 7e à la 2e place en course 2, ce qui était très bien, cependant je ne pouvais pas passer Tonizza. Avec deux victoire, il est un adversaire à prendre très au sérieux, terminait le danois, avant de se lancer dans la 3e et dernier épreuve de la soirée.

Rasmussen dominateur à Bakou

Car une dernière course restait à disputer, sur le tortueux circuit de Bakou. Tracé propice aux dépassements et aux erreurs, Frederik Rasmussen y partait cette fois de la pole position. Derrière lui, les deux Williams, dans l’ordre, Naukkarinen et Carreton, puis Tonizza, 4e.

L’Italien n’allait cependant pas rester à cette position longtemps. Après un premier virage parfaitement négocié, il était déjà 3e, en chasse de la Williams de Naukkarinen. En tête, Rasmussen poussait pour s’échapper. Si Tonizza était rapide, Carreton l’était encore plus. Après un départ moyen, l’espagnol ne lâchait rien et repassait à la faveur de l’aspiration. En bagarre le pilote Williams rentrait malheureusement trop vite dans la voie stands, écopant 5 secondes de pénalité.

S’il continuait à se battre sur la piste, il offrait donc le podium à Tonizza. Leader, Rasmussen résistait, lui, à la pression de Naukkarinen, pour l’emporter à Bakou. « C’est bon d’avoir une victoire, lançait, soulagé, le simracer Red Bull. Je n’étais pas sûr d’avoir le rythme à Bakou mais j’ai eu de la chance avec le trafic, ce qui m’a permis de prendre un peu d’air (…) cette victoire est un bon résultat pour l’équipe et j’espère que ce ne sera pas la dernière. »

A peine arrivés, Ferrari et Tonizza déjà en tête des F1 Esports

Avec deux victoires, une 3e place et 65 points, David Tonizza domine pour l’instant le championnat F1 Esports. Derrière lui, Frederik Rasmussen accuse déjà 18 longueurs de retard. Un déficit s’expliquant notamment par son résultat blanc en première course. Régulier lors des trois manches, Marcel Kiefer suit avec 31 points. A noter la contre-performance de Brendon Leigh, seulement 6e du classement avec 22 points. L’anglais a souffert dans ce premier event, en manque de performance et de chance.

Du côté des constructeurs, l’ordre est le même avec Ferrari (65 points) devant Red Bull (44 points) et Racing Point (39 points). Belle entame de championnat de Renault, qui après une année 2018 compliquée, pointe actuellement au 5e rang avec 29 points. Mercedes, en revanche, souffre aussi énormément. Les Flèches d’Argent ne pointent que 8e sur 10, avec 26 points.

Place maintenant à quelques semaines de travail pour toutes ces équipes. Le second des quatre events des F1 Esports Series 2019 se tiendra en effet le mercredi 2 octobre. Trois courses y seront disputées, sur Montreal, Spielberg et Silverstone. Des tracés qui permettront, peut-être, de voir la hiérarchie évoluer.

https://twitter.com/F1/status/1172051428250202112

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR