Le Mag Sport Auto

Ferrari : une politique « contraire à l’équité », d’après Helmut Marko

Helmut Marko, Red Bull Racing

Jamais avare en avis en tous genres et autres critiques acerbes, Helmut Marko vient à nouveau de sévir. Cette-fois, la cible s’appelle Ferrari. En effet, dans une interview accordée à nos confrères, l’Autrichien revient sur le Grand-Prix de Russie de Formule 1 et les pratiques de la Scuderia, « contraires à l’équité du sport », selon lui.

Formule 1 : Ferrari, une politique particulière

« L’affaire » Ferrari du Grand-Prix de Russie 2019 de Formule 1 n’a pas fini de faire parler d’elle…Helmut Marko, conseiller auprès de Red Bull Racing, vient de commenter ce qui s’est produit à Sotchi. Et l’intéressé n’y va pas de main morte puisqu’il déclare que Ferrari fait du mal à son sport en procédant de la sorte. C’est à dire, en particulier, en pénalisant l’un de ses pilotes au profit d’un autre :

« Vettel était tout simplement le plus rapide. Et le faire traîner [en piste] de manière si évidente avec des pneus usés jusqu’à ce que [Leclerc] soit passé n’améliorera pas l’ambiance, bien sûr. Je ne pense pas que ce soit bon. Leclerc se plaint et l’ingénieur de course cède plus ou moins officiellement: « Ne t’inquiète pas, nous allons régler ça avec l’arrêt des stands. Cela signifie que nous manipulons le pit-stop, ce qui est en fait contraire à l’équité et à tout le sport. C’est déjà assez difficile pour Ferrari. Alors, pourquoi est-ce qu’ils compliquent les choses en montant les pilotes les uns contre les autres, quelque part? »

Et si Helmut Marko n’est peut-être pas le mieux placé pour donner des leçons en matière d’équité ou de respect, l’Autrichien n’a pas totalement tort. Car le simple fait de pénaliser son propre pilote, alors en tête, pour le forcer à respecter une consigne visiblement pas si claire, parait quelque peu surréaliste. Surtout lorsqu’aucun titre n’est en jeu. Toutefois, cela s’est déjà produit, par le passé (et pas uniquement chez Ferrari), en Formule 1. Et cela se reproduira à nouveau.

Formule 1 : Ferrari, chronique d’un fiasco non-annoncé

Néanmoins, il est vrai que, chez Ferrari, on gagnerait à travailler d’avantage ensemble, contre Mercedes, plutôt que de se chamailler à chaque Grand-Prix…

source

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR