Le Mag Sport Auto

FIA GTC : Nicolas Rubilar arrache la victoire en Nations Cup

A l’issue d’un véritable duel l’opposant à Mikail Hizal, Nicolas Rubilar a décroché la victoire en Nations Cup. Les français n’ont pas non plus démérité, deux d’entre eux accédant à la finale.

Tout avait pourtant bien commencé pour Hizal. Parti quatrième de son groupe, l’allemand de la Team Redline réussissait à remporter sa première course, lui permettant de se qualifier pour la finale. Derrière lui, Nicolas Rubilar et Patrik Blazsan complétaient le podium.

Quatrième et dernier qualifié, le français Anthony Duval réussissait une course des plus brillantes. Exploitant au mieux le potentiel de sa Jaguar, il menait à bien de nombreux dépassements. Sous les acclamations des autres français présents dans la salle, son ticket pour la finale était validé. Autre français présent, Florent Pagandet prenait la 9ème position, accédant au repêchage.

La seconde course qualificative devait, elle, être le théâtre d’une incroyable surprise. Alors largement en tête, le champion du monde en titre, Igor Fraga se trompait de gommes lors de son arrêt aux stands. Ayant obligation de chausser Medium ou Hard, après être parti en Soft, c’est ces dernières qu’il reprenait pourtant. Forcé de repasser aux stands, il entamait une remontée fulgurante pour finalement échouer au 5ème rang, premier du repêchage.

Avec lui, l’autre français en lice, Pierre Lenoir, partait aussi pour le repêchage. Devant, la course voyait la première victoire de l’histoire d’un hongkongais, grâce à Kai Hin Jonathan Wong. Second, Carlos Salazar accédait directement à la finale. Tout comme Giorgio Mangano et Coque Lopez, 3ème et 4ème.

Le repêchage redouté de tous

Si Anthony Duval avait réussi à se qualifier pour la course finale, il y avait encore une chance pour les deux français restants. Cette dernière prenait place lors du repêchage, dans une épreuve redoutée de tous les pilotes, une course de rallye.

C’est en effet sur le circuit de Fishermans Ranch, long de 7 kilomètres, que les pilotes du repêchage devaient s’affronter. A la clé, quatre places pour accéder à la finale. Longue de 3 petits tours, la course prenait rapidement un tournant des plus chaotiques, tant les contacts et crashs étaient nombreux.

Dans cette incroyable confusion, un français allait néanmoins réussir à tirer son épingle du jeu. Jouant la dernière place qualificative, Pierre « RC_Snake91 » Lenoir réussissait en effet à prendre le meilleur sur ses adversaires. Longtemps en bagarre à cinq, il trouvait l’ouverture sur ses rivaux directs pour rejoindre Anthony Duval à la course finale.

Devant lui, c’est Igor Fraga qui l’emportait, devant Cody Nikola Latkovski et le hongkongais Yat Lam Law.

Tout se joue dans les stands

C’est la finale qui devait déterminer le grand vainqueur de ce championnat. Et, comme depuis le début de cette journée, tout se jouait entre Mikail Hizal et Nicolas Rubilar.

Sur le circuit d’Autopolis, en Red Bull X 2014 Competition, la course prenait d’abord un tour tranquille. Déroulant leur stratégie, les deux simracers prenaient la tête et se suivaient. Mais tout basculait au tour 12.

C’est en effet à ce moment que Mikail Hizal décidait de s’arrêter pour chausser des gommes dures. Dans la précipitation, sous pression (?) l’allemand touchait le mur des stands, perdant une petite seconde. C’était suffisant pour Nicolas Rubilar qui, effectuant un pit-stop parfait au tour suivant, s’emparait de la tête.

Conservant son avantage jusqu’au bout, le chilien l’emportait devant l’allemand. En larmes, ce dernier était rejoint sur le podium par son frère (à gauche ci-dessous) et Fabian Portilla (autre pilote chilien, à droite ci-dessous) donnant une séquence unique lors de l’hymne de leur pays. « J’ai beaucoup douté en voyant Mikail rentrer aux stands, mais quand j’ai vu que je ressortais devant lui, ça a été un moment incroyable » déclarait-il peu après cela.

Dans le top10, Anthony Duval avouait, lui, ne « pas avoir été dans le rythme. C’était un peu monotone, je n’avais personne devant et derrière. Mais je suis content par rapport à Monaco ou je n’avais pas accédé à la finale ». Derrière lui, en 11ème place, Pierre Lenoir regrettait « d’avoir perdu du temps sur un tête-à-queue. Sans ça on se serait tiré la bourre avec Anthony pour le top10, ça aurait été vraiment sympa. Mais je suis content d’être allé en finale, c’était l’objectif ». Prochain rendez-vous au Nurburgring, les 22 et 23 juin.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR