Le Mag Sport Auto

Formule 1 : Ferrari souveraine, Gasly explose sa Red Bull

Ces derniers jours, les écuries de pointe ont, toutes, vécu des fortunes diverses. Autant dire que, au sortir des essais d’inter saison, les trois formations favorites seront, pour ainsi dire, à égalité.
Car, après la panne de Bottas mardi puis le crash de Vettel mercredi c’est Pierre Gasly, cet après-midi, qui a envoyé sa RB15 dans le décor. De son côté, Charles Leclerc termine la journée en tête.

Ferrari : un déclic d’avance

Alors qu’il ne lui manquait qu’un gros dixième pour aller chercher le record de la pole position 2018 signé par Lewis Hamilton, Charles Leclerc a confirmé, en signant le meilleur temps ce matin, que la Ferrari était bien la voiture à battre. Au point que l’on commence à se demander si quelqu’un sera en mesure de contester une première ligne 100% rouge à Melbourne…Demain, Sebastian Vettel aura peut-être l’occasion de faire encore mieux que son coéquipier aujourd’hui. Par contre, toujours pas l’ombre d’un chrono en pneus ultra-tendres (C5) du côté de Mercedes, qui semble vouloir nous faire le même coup que l’an passé, à pareille date. Espérons, tout de même, que les gris en dévoileront d’avantage, demain, même si leur retard semble de plus en plus concret. A moins d’un énorme coup de bluff de la part des pilotes ?

Côté Red Bull, personne ne s’attend à ce que les RB15 jouent la pole en Australie. Dans ces conditions, la pression est moins importante pour Max Verstappen et Pierre Gasly. Mais cet après-midi, en fracassant sa monoplace dans les pneus, le tricolore a terminé de la plus mauvaise des manières ses essais. Car il s’agissait de sa dernière journée de roulage. Pas idéal, psychologiquement. Reste que, pour l’heure, les Red Bull semblent, elles aussi, en avoir gardé sous le pied. Comme Mercedes, nous espérerons que la journée de demain permettra d’en savoir plus sur leur potentiel.

Pour le reste, les prestations des Toro Rosso et des Mclaren restent difficiles à analyser, à chaud. Deux équipes d’apparence véloces, du moins si l’on se fie aux chronos d’aujourd’hui voire, d’hier, dans le cas de l’écurie de Woking. Autre inconnue, le potentiel des Haas et Racing Point, très discrètes jusqu’ici. Concernant Williams, les enjeux sont différents, le but étant de rattraper un maximum de retard. Dans cette optique, les 140 tours couverts par Russell sont plutôt encourageants.

Rendez-vous demain pour l’ultime séance d’essais et dans quelques minutes, avec le classement complet et officiel de ce jeudi 28 février 2019.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR