Le Mag Sport Auto

Formule 1 : Grosjean, Gasly, Ocon au coude à coude à mi-saison

A l’heure de la pause estivale et à quelques jours de la reprise de la Formule 1, en Belgique, dressons un état des lieux en nous focalisant sur nos trois mousquetaires. Romain Grosjean, Pierre Gasly ou Esteban Ocon, lequel s’en est le mieux sorti sur le plan comptable mais aussi, en matière d’image ?

A l’entame de cette saison de Formule 1, il semblait clair que l’un de nos représentants, Pierre Gasly en l’occurrence, partait avec des chances de briller plus faibles que celles de ses compatriotes. Esteban Ocon, Romain Grosjean, compte-tenu de leurs campagnes 2017 et des qualités de leurs monoplaces, étaient même supposés se battre dans le top huit de manière régulière, loin devant le pilote Toro Rosso. Et pourtant…

Romain Grosjean : occasions et talent…gâchés !?

Dans un cas comme dans l’autre et pour des raisons différentes, les résultats de Romain Grosjean et Esteban Ocon ont été très loin de satisfaire les espérances des tricolores. Concernant Romain, il en est responsable en grande partie, à titre personnel, mais son équipe est loin d’être exempte de tout reproche. Pourtant, la Haas est bel et bien la monoplace la plus performante derrière les Ferrari, Mercedes et Red Bull, comme le confirme la position de Kevin Magnussen au classement des pilotes. Toutefois, Grosjean semble s’être repris depuis quelques courses, si bien qu’il pourrait facilement obtenir ce titre honorifique de « meilleur Français », d’ici la fin de la saison. Le potentiel est là, dans tous les cas alors, la balle est dans son camp

Esteban Ocon : le guerrier !

De son côté, Esteban Ocon est celui qui s’en est le mieux sorti sur le plan comptable. 12ème du championnat avec 29 points, il devance Grosjean (26 unités) et Gasly (21 points). Pourtant, sa monoplace a souffert, entre un manque de développement et de graves problèmes financiers pour son équipe. Et si cette dernière est maintenant sauvée grâce au rachat d’un consortium mené par le père de Lance Stroll, il subsiste un doute quant à la présence d’Ocon chez Force India à court et à moyen terme. Alors, compte-tenu des conditions, l’on peut dire que le tricolore mérite sa place de meilleur Français à la pause, lequel ayant fait preuve d’une fiabilité exceptionnelle et d’une pugnacité admirable. En revanche, sa monoplace accuse un vrai déficit en matière de performance pure, ce qui ne devrait pas lui faciliter la tâche face à ses compatriotes, sur la seconde partie de saison.

Pierre Gasly : la révélation

Passons à Pierre Gasly, qui réalise déjà un exploit, celui de coller à ses deux rivaux au championnat du monde des pilotes. Pourtant, sa Toro Rosso est particulièrement inconstante. Tantôt supérieure à la Haas et à la Force India sur des circuits spécifiques (Bahrein, Monaco et Budapest) tantôt incapable d’accéder au top dix, la monoplace italienne lui donne du fil à retordre. Néanmoins, cette situation délicate a permis à l’intéressé de faire étalage de sa patience, de sa capacité de travail et de son aptitude à profiter de la moindre opportunité (un peu comme un Daniel Ricciardo) pour rapporter le meilleur résultat possible à son écurie. Déjà très mature, il pourrait d’ailleurs passer chez Red Bull Racing l’an prochain, tant ses patrons semblent louer ses qualités. Pour toute ces raisons, Pierre dispose de réelles chances de terminer devant Ocon et Grosjean, du moins s’il continue sur sa lancée. Et si tel était le cas, sur un tracé convenant à sa monoplace, le podium pourrait ne pas être très loin, à l’aide d’un coup de pouce du destin…

Formule 1 2018, acte 2 : à quoi s’attendre ?

Au final, à mi-saison, une chose semble évidente, Romain Grosjean n’a pas enregistré les résultats qu’il aurait pu obtenir. Pour l’heure, son championnat se résume à deux -excellentes- course, ce qui est insuffisant, lorsque l’on pilote une Haas. Le Français joue désormais sa survie en F1, ce qui pourrait lui permettre de se transcender pour intégrer le top dix final. Car son équipe va désormais pouvoir choisir parmi un certain nombre de bons pilotes, ce qui signifie que Romain n’a plus le droit à l’erreur. Mais s’il parvient à maintenir le cap sans se laisser paralyser par la nécessité de finir les courses, alors il devrait être en mesure d’apparaître sous son meilleur jour.

Mais pour cela, il faudra aussi battre un Esteban Ocon héroïque, aux commandes d’une monoplace à bout de souffle et dans une situation financière chaotique. Et maintenant que son équipe est sauvée, il devra affronter un autre problème, son avenir en F1, pas encore assuré, ni chez Force India ni ailleurs, alors que les rumeurs l’envoyaient chez Renault avant l’annonce de la signature de Daniel Ricciardo. Pourtant, c’est dans l’adversité qu’Esteban semble se sublimer. Alors, attendons-nous à d’autres belles choses, d’ici la fin de la saison, à condition qu’il conserve son volant.

Pour Pierre Gasly aussi, la seconde partie de saison pourrait être bien différente. Car avec le spectre de ce baquet disponible chez Red Bull, Pierre sera d’avantage, encore, sous pression. C’est en effet le Français qui paraît favori pour succéder à Ricciardo mais encore faudra-t-il qu’il ne craque pas sous la pression. En clair, s’il rend strictement la même copie qu’en première partie de saison, la RB14 Honda pourrait lui revenir…Un moment crucial dans sa carrière puisqu’il devra faire preuve d’un mental à toute épreuve. A ce titre, de nos trois français, il est probablement celui qui subira le plus de pression jusqu’à la fin de l’année…sachant qu’il est, aussi, le moins expérimenté des trois ! Sacré défi…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR