Le Mag Sport Auto

Formule 1 : Haas met la pression sur Romain Grosjean

Si, par le passé, l’écurie Haas n’attirait pas forcément les meilleurs pilotes du plateau, depuis quelques courses, l’image de la formation américaine a totalement changé…Car, désormais, la monoplace en question fait partie des plus rapides, en dépit des erreurs et autres soucis de fiabilité que rencontre le team, de temps à autre. Et bien sûr, une telle montée en grade suscite de nouveaux intérêts, pression supplémentaire sur les épaules de Romain Grosjean…

Haas F1 ou l’intelligence américaine

Haas F1 a réalisé des débuts exceptionnels, pour une écurie fondée sur aucune base déjà existante (contrairement à Force India, Mercedes ou encore, Toro Rosso). Partis d’une feuille blanche, les américains ont, néanmoins, pu compter sur une coopération technique avec Ferrari. De quoi les aider à progresser en disposant d’un matériel de très haut niveau, dans les limites de ce que le règlement autorise. Toutefois, jusqu’ici, les patrons de l’équipe en question ont toujours souhaité conserver leur indépendance, malgré les assauts de Ferrari, qui aurait bien aimé placer Maserati, sur le modèle de ce qui a été fait avec Alfa Romeo et Sauber. Il s’agissait, tout du moins, du souhait du regretté Sergio Marchionne

Alors, lorsqu’un pilote se cherche un volant et que les voies sont bouchées chez Ferrari, Mercedes et Red Bull, Haas constitue l’une des meilleures options, aux côtés de Renault et devant Mclaren (en pleine restructuration/crise) ou encore, Force India (en grande difficulté financière et sur le point d’être rachetée par la famille Stroll). Cet attrait place les décideurs de la formation américaine dans une excellente position avec, potentiellement, des pilotes comme Sergio Perez, Carlos Sainz et même, Kimi Raikkonen, disponibles et intéressés, nous l’imaginons.

Grosjean, quel poids face à Raikkonen ou Perez ?

Question, quel peut-être le poids d’un Romain Grosjean face à ces trois hommes (et en particulier face au champion du monde 2007), après une saison particulièrement difficile, ponctuée d’erreurs et de propos désobligeants voire, aigris, alors qu’il était supposé endosser le rôle de leader ? Un poste qui paraît d’avantage occupé par Kevin Magnussen, régulièrement dans les points et souvent plus rapide en qualifications. Et si aucun des deux hommes n’a encore été renouvelé, on imagine mal une décision en défaveur du Danois, Steiner et Haas paraissant loyaux et reconnaissants avec leurs pilotes, généralement.

C’est donc, bel et bien, notre Français qui est en danger. Et les récents propos du team Principal de Haas, Gunther Steiner, confirme cela, lequel ayant déclaré par le biais de Motorsport.com :

« La régularité, c’est le mot magique, et il le sait, il n’y a rien de nouveauNous savons qu’il peut le faire, il sait qu’il peut le faire, et vous savez qu’il peut le faire dans un bon jour. Dans un bon jour, il est assez exceptionnel, nous devons juste avoir un peu plus de régularité de sa part. Il a fait une course fantastique en Autriche, une très bonne course le week-end dernier, il nous faut simplement de la constance. S’il débute bien le week-end, normalement tout se passe bien. Pour moi désormais, le plus important est que ça aille bien le vendredi, et ensuite ça le place habituellement en bonne position pour le samedi et le dimanche. Mais c’est difficile, car nous pouvons lui donner ce qu’il veut dans la voiture, cependant c’est à lui de faire le reste. »

Mais au-delà de ce discours laissant filtrer un espoir, le sort de Grosjean n’est-il pas, déjà, scellé ? Et même dans le cas ou Romain enchaînerait des top 8 jusqu’à la fin de la saison, comment résisterait-il à un pilote comme Kimi Raikkonen, si ce dernier était intéressé (et que Ferrari venait à le remercier…) ?  En clair, si le tricolore est désormais condamné au « sans-faute » (la moindre erreur causant son abandon et/ou celui de son coéquipier le précipiterait dehors), il doit aussi et surtout espérer que les meilleurs pilotes ne s’intéresseront pas à son baquet d’ici la fin de la saison. Et dans le cas où il serait remercié, une fin de saison « parfaite » lui permettrait sans doute de trouver refuge ailleurs, pourquoi pas chez Sauber ? A suivre.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR