Le Mag Sport Auto

Formule 1 : L’insoumis Leclerc a-t-il ruiné la qualification de Vettel ?

Après les qualifications du Grand-Prix d’Italie de Formule 1 2019, Sebastian Vettel affichait son masque. Déçu de ne pas s’être battu pour la pole position et d’être classé 4ème, l’Allemand ne pouvait se satisfaire du résultat. Oui mais une autre explication émergeait peu de temps après. Une nouvelle querelle entre les deux pilotes…

Formule 1 : Sebastian Vettel, l’heure de la récolte ?

Décidément, Charles Leclerc nous rappelle de plus en plus un certain…Sebastian Vettel ! Chacun se souviendra, il y a quelques années, que l’Allemand ne respectait pas toujours les consignes. Aussi, face à Mark Webber, l’intéressé avait désobéi à un ordre pour chiper la victoire à son coéquipier. A l’époque, cela était mal passé. On se souviendra aussi des manoeuvres pas très classes, face à Kimi Raikkonen, de temps à autre. Dès lors, faut-il plaindre l’intéressé lorsque son coéquipier chez Ferrari procède de la même manière ?

Monza : Leclerc ne se laisse pas faire

Car en qualifications, à Monza, il était prévu que les deux pilotes s’échangent l’aspiration sur le premier et le second run. Dans le premier, Sebastian a bien joué son rôle, en prenant même la tête du peloton. Mais dans le deuxième, alors que Charles devait en faire autant, le Monégasque est resté bien au chaud dans l’aileron arrière de son coéquipier. Avant, dans l’ultime ligne droite, de le passer, sous les ordres de son ingénieur. Mais il était trop tard puisque Vettel (au contraire de Leclerc) prenait le drapeau à damier. Pas de nouvelle tentative pour lui, donc, qui devait se contenter de son premier run pour la qualification. Il faut dire que le fait de bénéficier de l’aspiration dans le dernier run revenait à signer la pole position. En clair, Ferrari avait peut-être décidé de donner l’avantage à la no5, samedi dernier.

« Cela n’affectera pas les choses. Tout d’abord, c’est quelque chose qui a été discuté en interne, il peut y avoir des points de vue différents, mais l’issue était une situation très étrange pour tout le monde. Je pense que le plus important était ce que Seb a dit en premier, qu’il fallait tourner la page et regarder vers l’avant. Je pense que ces gars sont géniaux, et je peux compter sur eux. Donc ça n’aura pas d’incidence, j’en suis presque sûr. Cela ne signifie pas que ça n’arrivera plus, car on ne sait jamais. L’esprit est que peu importe ce que vous faites, il y a quelque chose à apprendre, et il est important de s’assurer que la leçon est apprise.

Mais en interne, cela a bardé entre les deux hommes. Bien que, semble-t-il, une discussion a eu lieu entre eux et le patron, Mattia Binotto. Et selon Vettel, l’incident est oublié. D’où ce « pardon » lancé par le Team Principal à son turbulent jeune pilote, après l’arrivée. Mais il est désormais clair que Charles Leclerc ne souhaite plus obéir à son team pour le bien de son coéquipier. Sachant que l’équipe ne le sermonne pas et semble tolérer sa désobéissance.

Ce qui va sans doute poser de nouveaux problèmes, dans le futur. Il s’agit-là, pour Leclerc, d’une façon de marquer son territoire en prenant le pouvoir. Voilà qui pourrait inciter Ferrari, à l’avenir, à lui choisir un coéquipier plus docile. Car, avec une telle personnalité, un deuxième pilote « officiel » aux côtés de Charles semble s’imposer…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR