Le Mag Sport Auto

Formule 1 : Renault aborde 2020 différemment

Formule 1 : Cyril Abiteboul en conférence de presse

Cyril Abiteboul a admis des faiblesses dans la direction technique de Renault en Formule 1. Il semblerait qu’il aborde 2020 d’une manière différente.

Renault est décidément bien bavarde ces derniers temps. L’équipe française a en effet récemment fait parler en s’estimant la plus prête pour 2021. Et aborder le challenge des nouveaux règlements techniques. Mais aussi en jugeant avoir énormément progressé du côté de la motorisation. Au point de se voir entre Mercedes et Ferrari sur ce plan, à l’aube de la saison 2020.

Si l’équipe française sait se mettre en avant, elle sait aussi se montrer auto-critique. Le losange a en effet avoué avoir subi faiblesse du côté de la direction technique, en 2019. Ce qui a mené à un remaniement en cours de saison, ainsi qu’à l’arrivée de Pat Fry dans la direction. Comme Cyril Abiteboul, directeur général de Renault F1 Team, l’a expliqué à motorsport.com :

« Il nous manquait quelque chose au niveau du leadership technique de l’écurie (…) Nous parlons beaucoup de chiffres et de nombres qui font les gros titres comme les 750 personnes qui travaillent désormais à Enstone. C’est énorme, et il y a beaucoup d’investissements : 15 millions de livres [17,7 millions d’euros au taux de change actuel, ndlr]. Mais, vous savez, tout cela doit être dirigé par une force. Et (…) nous avons senti, qu’il y avait une petite faiblesse au niveau de la direction technique. Cela a donc conduit au recrutement de Pat. »

Différents manques ont condamné la saison 2019 de Renault

Selon lui, cette lacune particulière n’est toutefois pas uniquement en cause dans le fiasco de la saison 2019. Abiteboul continue en effet en expliquant qu’une multitude de facteurs ont impacté la saison de Renault. Sans cacher une certaine déception :

« Je pense que lors de la première partie de la saison, nous avions une bonne voiture. Mais ça n’a pas été très visible, parce que nous n’avons pas réussi à obtenir des résultats ou à inscrire les points que nous aurions pu, étant donné la compétitivité théorique de notre monoplace par rapport à nos concurrents. »

« Il y a eu différents types de raisons pour cela : la fiabilité, le moteur, le fonctionnement au circuit, un peu au niveau des arrêts au stand et un peu de stratégie. Et puis un peu des pilotes, en particulier le fait que Daniel [Ricciardo] s’habitue à la voiture. Malheureusement, cela nous a coûté des points à un moment où nous étions en bonne forme. »

Une philosophie différente en Formule 1 en 2021 ?

Et si le début de saison s’est avéré difficile, la fin de cette dernière n’a pas été plus prolifique. La faute à un développement rapidement à sa limite. A l’inverse de McLaren, qui a pu dépasser le losange. Tout en utilisant pourtant le même moteur, continue le dirigeant français :

« Au moment où nous nous attendions à faire passer la voiture au niveau supérieur, ça n’a pas vraiment fonctionné. Donc nous avons découvert qu’il y avait une sorte de limite pour le développement de la voiture étant donné les choix qui avaient été faits en termes de philosophie globale. Ça a été l’histoire de la seconde partie de la saison (…) et nous avons été dépassés au niveau du développement par les équipes autour de nous. McLaren, en plus, a bénéficié des progrès effectués sur le moteur, et ces progrès ont continué au fil de la saison. »

Cyril Abiteboul termine toutefois en assurant avoir tiré les conclusions de cette année 2019. Il semblerait donc que Renault aborde différemment la saison 2020, comme les propos de son directeur général le laissent penser :

« Ce qui importe vraiment en début d’année, ce n’est pas nécessairement la performance théorique de la voiture, c’est d’être capable de tirer des courses ce que vous pouvez tirer. Donc ce n’est pas d’avoir le meilleur rythme pur, mais d’avoir un package robuste qui peut être fiable, ainsi qu’une équipe qui soit prête avec un duo de pilotes qui soit prêt à extraire ce que la voiture a à offrir. »

Rappelons que Renault présentera sa monoplace le 12 février à Paris. En 2020, le constructeur au losange accueillera un pilote portant son drapeau, en la personne d’Esteban Ocon. L’ex-pilote Force India sera aligné aux côtés de l’Australien Daniel Ricciardo pour la saison à venir de Formule 1.

https://twitter.com/RenaultF1Team/status/1221523444719747079

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR