Le Mag Sport Auto

Formule 1 : un logiciel décidément récalcitrant, chez Renault F1

Quelques jours après l’arrivée du Grand-Prix de Chine de Formule 1, l’écurie Renault a, semble-t-il, trouvé le problème ayant occasionné l’abandon de Nico Hülkenberg. Et de toute évidence, celui-ci était déjà intervenu en Australie. C’est un bug de logiciel qui est incriminé.

Renault F1 : une solution…sans aucune certitude de résultat !

A priori, le problème mécanique survenu sur la Renault de Nico Hülkenberg, à Shanghaï, le Week-end dernier, n’était pas inédit. Car, selon les propos de Cyril Abiteboul, tenus il y a quelques jours, quelque chose de similaire s’était produit en Australie. Mais par manque de temps, les investigations n’ont pas été suffisamment poussées. Ce qui signifie que les solutions apportées l’ont été à la hâte, sans garantie de résultat.

« Nous avons eu le même problème à Melbourne. Nous avons ensuite dû faire pression sur les ingénieurs à Viry pour obtenir davantage de pièces. Cela signifiait que nous devions accélérer une partie du processus pour installer quatre nouveaux MGU-K ici. En fait, nous avons déclenché quelque chose avant-même que nous ayons le temps d’enquêter correctement sur le problème. Ce n’est pas une excuse, mais un fait…Toutes les autres voitures ont fonctionné avec la même pièce sans le moindre problème. Nous avons parcouru 5000 kilomètres au banc d’essai avec cette pièce, et il n’y en a qu’une, pour une raison particulière, qui est passée dans un mode déclenchant une anomalie sur la partie logiciel. »

Manque de réussite, donc, du côté du losange qui ne devrait plus subir ce genre de déconvenue, à partir du Grand-Prix d’Azerbaïdjan, le Week-end prochain. En principe, un changement de logiciel résoudra le problème, mais le patron de l’écurie tricolore n’est pas encore en mesure de garantir que cette solution sera la bonne.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR