Le Mag Sport Auto

Lamborghini remplaçait Ferrari en exposition sur Epoqu’auto 2018 [Reportage]

Comme nous vous l’avions annoncé dans notre précédent article sur le salon Epoqu’auto 2018, de nombreuses marques étaient mises au premier plan cette année. Aujourd’hui, commençons par celle marquant l’entrée du salon, Lamborghini et son plateau dédié.

Suite italienne

Si l’Angleterre avait été à l’honneur avec Rolls Royce puis Aston Martin, c’est depuis deux ans l’Italie qui a pris le relais sur le plateau d’entrée du salon. Cette année, Lamborghini succédait ainsi à Ferrari en cette place cruciale qu’aucun ne peut manquer. L’édition 2017, marquée du cheval cabré, avait connu le succès et la 2018 n’aura pas failli à sa mission. Lamborghini aura en effet également réussi à constituer un superbe plateau.

Countach 25ème anniversaire, Diablo VT, Espada, Urraco P300, Countach LP400 S, Jalpa et Miura, ce sont certaines des voitures que l’on pouvait ainsi admirer dès l’entrée du salon. Si les anciennes étaient à l’honneur, les voitures plus modernes ne manquaient également pas. Murcielago, Aventador Roadster, Huracan LP610-4 et Gallaro LP560-4 étaient également de la partie aux côtés d’un magnifique Lamborghini Urus, l’un des derniers nés de la marque.

Raison d’être de la marque, les voitures routières n’étaient pourtant pas les seules sportives présentées. Un petit chapitre était également réservé à un aspect moins connus de la marque, celui de la Formule 1. Ainsi l’on pouvait retrouver des Formule 1 Lola CL89 dans cette exposition. Pourquoi leur présence ? Car le moteur les équipant n’était autre qu’un V12 Lamborghini. Si l’histoire en Grand Prix de ces engins se révéla peu fructueuse, il fallait tout de même noter la beauté de la monoplace et son impressionnant moteur italien.

Autre aspect peu connu de Lamborghini, certains des tracteurs de la marque étaient aussi exposés. Si leur aspect esthétique connaissait des limites, la curiosité et l’étonnement se trouvaient être le fil guidant nombre de visiteurs, nous y compris, à passer un certain temps devant ces engins agricoles aux noms si évocateur, machines représentant tout de même la source de la marque !

Un taureau et des passionnés

Si le plateau Lamborghini 2018 était si fourni, c’est grâce, en grande partie, au soutien du Lamborghini Club de France lui-même. Ainsi, comme nous l’avouait l’un des responsables, « nombre de voitures présentées ici appartiennent à des propriétaires privés et sont venues pas la route ».

La marque créé par Ferruccio Lamborghini pouvait donc compter sur de nombreux passionnés à travers le monde. Notre interlocuteur insiste d’ailleurs sur ce mot: « Nous sommes des passionnés et pas des collectionneurs. Nous voulons faire rouler nos voitures et pas seulement les exposer ».

Alors qu’il nous invitait, dans le même temps, à prendre une fiche présentant le club, ce dernier nous donnait quelques détails : « Nous organisons plusieurs rencontres par an. Ceci étant, les lieux sont gardés secret afin de ne pas trop attirer l’attention. N’importe qui peut devenir membre et nous organisons quelques évènements avec les clubs d’autres pays, ce qui est toujours très intéressant ».

Autre marqueur important de la passion insufflée par Lamborghini dans ce salon Epoqu’auto, certains des véhicules provenaient carrément du musée de la marque lui-même. De plus, la présence de Pietro Lamborghini (de la famille éponyme) lors de l’évènement n’aura fait qu’apporter une nouvelle plus value. Autre signe de l’intérêt du constructeur, la vente aux enchères de plusieurs voitures uniques le dimanche avant la fermeture de l’évènement.
Une Lamborghini Espada première série provenant de la famille elle-même, une Jarama S1 ainsi que les tracteurs 1R et DL20 (les mêmes que ceux exposés à l’entrée) auront ainsi été présentés aux enchères. Si les deux derniers n’auront pas trouvé preneur (au grand dam de Monsieur Lamborghini), les deux premières se seront bien plus arrachées, partant respectivement pour 185 000 et 135 000 euros.

Avec un plateau très bien tenu par la firme de Sant’Agata Bolognese, cette édition 2018 aura été pleine de succès. Epoqu’auto peut-il encore mieux faire l’an prochain ? Et avec quel constructeur ? Après deux éditions accordées à des marques anglaises puis italiennes, peut-être aura-t-on la chance d’une exposition allemande l’an prochain. Les paris sont en tout cas ouverts. Vous avez quelques mois pour trouver…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR