Le Mag Sport Auto

NASCAR’14 notre test du jeu vidéo

Précédent1 of 3Suivant
Use your ← → (arrow) keys to browse

Le NASCAR n’est pas vraiment le sport le plus populaire en France. Et pourtant il s’agit d’un des sports les plus médiatisés aux USA. La National Association for Stock Car Auto Racing qui existe depuis 1949 et organise le championnat national de Stock Car aux Etats-Unis. Désormais baptisé Sprint Cup Series, le championnat de « division 1 » de NASCAR est au cœur de l’adaptation vidéoludique que nous propose Eutechnyx. Paradoxalement c’est un développeur anglais qui nous propose donc le jeu officiel. Après deux épisodes développés pour le compte d’Activision, qui avait récupéré la licence, c’est donc sous l’édition de Deep Silver que le développeur remet le couvert avec NASCAR’14. Alors Lucky Dog ou DNF ?

Win-Won Soon

nascar-14-danica NASCAR’14 nous propose ainsi de revivre l’ensemble de la saison 2013. Tout comme un Fifa, un Madden ou un F1, il possède ainsi toutes les licences du calendrier de la dernière saison de ce sport automobile. Nous pourrons ainsi retrouver les pilotes officiels, les voitures officielles, les circuits officiels et toutes les livrées utilisées durant la saison 2013. Une véritable mine d’or pour n’importe quel fan de NASCAR. Une excellente invitation à la découverte pour les néophytes. Il n’y a pas à chercher, c’est là le principal atout de ce NASCAR’14 offrir un jeu officiel avec l’ensemble des licences de la saison 2013. Une véritable force. Alors que dans F1, chaque casque est identique pour chaque course – contrairement à la réalité- ou que dans WRC, nous n’avons que les véhicules/livrées engagés dans les 3 premiers rallyes, Eutechnyx propose l’ensemble des livrées de chaque pilote ! Les « Paints Schemes » sont ainsi présents et reproduits avec le souci du détail. Car oui, en NASCAR les autos peuvent changer de « déco » d’une course à l’autre. Le but étant de s’adapter à l’état dans lequel se court la course, de satisfaire l’ensemble des sponsors ou de marquer un événement spécifique. Une excellente idée, et une excellente chose que de le voir dans le jeu officiel. Conscients qu’il ne fallait pas que proposer un traditionnel mode « carrière » et « course rapide », Eutechnyx a ainsi pensé à créer le mode « lighlights ». Ce dernier nous propose de revivre des grands moments de la saison 2013 et pourquoi pas ré-écrire l’histoire. Bref, sur ce point NASCAR’14 est vraiment excellent. Petit bonus, Eutechnyx nous offre la possibilité de tester nos connaissances sur le NASCAR et son histoire. Chaque chargement d’après course, donne lieu à un QCM sur les pilotes et les circuits des Sprint Cup Series. Un véritable plus !

Autant le dire tout de suite, là où le bât blesse c’est du côté de la réalisation. Un peu comme Milestone avec son WRC, les développeurs fonctionnent avec un moteur graphique maison. Le résultat est très loin de ce que l’on est en droit d’attendre d’un jeu sous licence en 2014. Si la modélisation des trois différents modèles de voitures engagés en NASCAR en 2013 est plutôt correcte, le tout est bien en deçà des ténors du genre. Forza, Gan Turismo, F1, Need For Speed sont bien plus beaux et détaillés ! C’est d’autant plus regrettable qu’en plus le jeu est bourré d’aliasing et de clipping. Le tout peut carrément faire mal aux yeux, surtout que les courses peuvent facilement durer une heure. Le pire étant sûrement la distance d’affichage, à des années lumières de ce que l’on voit d’habitude sur des jeux Playstation 3/ Xbox 360. Des petites tâches noires apparaissent au fond de l’écran, et oui il s’agit bien des voitures qui sont devant nous. Inutile de ressortir vos lunettes, cette distance d’affichage est vraiment mauvaise. On est donc très loin d’un titre à la hauteur de la plastique de Danica Patrick.

nascar-14-cokpit

Mais le pire, à l’instar de WRC de Milestone, réside dans la modélisation des dégâts et la physique de ses derniers. S’il y a bien un sport automobile où les crashs sont légion et très spectaculaires, c’est le NASCAR. Malheureusement NASCAR’14 ne rend pas hommage à cet aspect de ce sport. Les dégâts ne sont pas très impressionnants et moins bien modélisés que ceux des jeux de courses du début de cette génération PS3/360. C’est bien triste. De même la physique est parfois étrange, avec des voitures qui s’envolent en l’air comme de simples jouets en plastique. Pire, les crevaisons sont invisibles. Le pneu est toujours là, un simple effet d’étincelles est présent afin de nous faire visuellement comprendre que nous avons crevé. Désolant. Bref, il n’y a pas à dire, NASCAR’14 pêche largement par sa réalisation datée, et en manque cruel de détails.

Précédent1 of 3Suivant
Use your ← → (arrow) keys to browse

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR