Le Mag Sport Auto

Rallycross, Maximilien Eveno heureux avant Lohéac

Rallycross, Maximilien Eveno heureux avant Lohéac

A quelques jours du Rallycross Lohéac, nous vous proposons une interview exclusive de Maximilien Eveno. L’ancien pilote du Championnat de France de Rallycross s’est lancé, cette saison, en EuroRX Super1600. Et ce, avec un certain succès. A l’occasion de la présentation du RX Lohéac, en juillet dernier, nous avons pu lui poser quelques questions. Voici ses réponses :

Maximilien Eveno, un bilan positif avant le Rallycross de Lohéac.

Le Mag Sport Auto : Quel est ton bilan pour ta première partie de ta saison en EuroRX, ça se passe plutôt bien ? Plutôt content ?
Maximilien Eveno : Oui, pour l’instant, agréablement surpris. Car, on arrive à se battre quand même devant, à la régulière. Sur des circuits comme Barcelone ou Montalegre, on arrive à être dans le Top 3 sur des tours lancés, donc c’est intéressant. On ne s’attendait pas du tout à ça. En fait, on y allait un peu en mode découverte, vraiment. On ne savait pas à quoi s’attendre. Et ce, dès Barcelone; où ça s’est très bien passé en fait. Bon, après c’est moins surprenant car c’est un circuit qui est typé piste, c’est ce qu’on connait à peu près en France. Au Portugal on y était encore, on a réussi à se battre devant et aller titiller les premiers du championnat. Et, on sent qu’on les dérange mais c’est intéressant parce que du coup c’est encore mieux ! On y va à l’origine pour découvrir et quand il y a du résultat derrière, c’est très encourageant.

LMSA : Et du coup pour Lohéac l’objectif c’est une victoire ou un podium ?
ME : La victoire c’est forcément un objectif mais c’est toujours compliqué. Ce n’est pas parce que j’étais deuxième l’an dernier et que ça s’est très bien passé cette saison que là ce sera la même chose. Au moins, accéder à la finale dans un premier temps ! Puis, un podium ce serait forcément ce qu’il nous faudrait, ce qu’on aimerait, mais bon, ce n’est jamais facile. On va se dire objectif podium, mais plus si possible. Après on verra. Déjà, être en finale ce sera la première mission à accomplir et après le podium ce sera du bonus.

Maximilien Eveno, 2e à Lohéac en 2017

Maximilien Eveno en EuroRX, les autres en France en Supercar.

LMSA : D’autres pilotes qui étaient en Super1600 avec toi l’an dernier sont passés en SuperCar France cette année. Toi tu as choisi l’EuroRX, pourquoi ?
Maximilien Eveno : On a étudié toutes les pistes. Après ce n’est jamais évident. Une SuperCar c’est sûr que ça représente une grosse marche financière qui n’est pas facile pour nous à franchir. C’est vrai qu’avec mes sponsors j’en ai discuté, ça demande beaucoup de budget en plus de notre budget de fonctionnement actuel. Donc, ce n’était pas évident. Pour la piste de l’Europe c’était une impasse un peu sans issue pendant un moment et puis, d’un seul coup ça a évolué fin Décembre/début Janvier grâce à Pascal Lambec des transports Lambec. Donc, c’est ça qui a été l’élément déclencheur et qui nous a permis de faire le championnat cette année. C’est vraiment sympa et c’est tout aussi intéressant que le SuperCar en championnat de France. Ça permet de voir autre chose et je ne regrette pas du tout, c’est une belle aventure .

LMSA : Pour l’avenir tu aimerais continuer en Europe ?
ME : Pour l’instant, je n’en sais rien. On finit la saison et on verra après ce que ça pourra donner. Pourquoi pas refaire une saison maintenant qu’on a découvert, on sait à quoi s’attendre. Ça peut être sympa de refaire un deuxième tour en EuroRX S1600.

LMSA : Content de la voiture?
ME : Oui, oui ! Après, sur la voiture on arrive un petit peu au bout… La C2, ça commence à être une voiture qui a un petit peu d’âge par rapport aux nouvelles voitures, comme les Audi A1 qui viennent d’arriver en Norvège. On voit qu’on est un cran en dessous en performances. Ça commence à être dur. Donc, on va voir cet hiver si on continue sur la même auto. Est-ce qu’on fait évoluer les voitures ? Je pense qu’on partira plus là-dessus. Faire de nouvelles évo plutôt que de changer de monture. Il va falloir trancher. On va voir mais on a envie d’y travailler encore plus, on va dire de manière plus approfondie.

Maximilien Eveno et Jimmy Terpereau, un duo français qui brille en EuroRX.

LMSA : En EuroRX, on a vu que tu es parti avec Jimmy Terpereau. Deux français à l’assaut de l’Europe. Vous avez mutualisé quelque chose ?
Maximilien Eveno : C’est surtout au niveau du transport en fait. En effet, on a le préparateur moteur en commun, Le Ny Compétition. Olivier Le Ny était motivé déjà : Jimmy a fait le championnat d’Europe déjà l’an dernier et il le suivait. Il savait que je voulais le faire et il était motivé pour m’aider. Après, il fallait trouver une solution pour le transport. C’est là qu’on a commencé à chercher des pistes et puis, par le biais d’Olivier Le Ny, on a rencontré Pascal Lambec qui nous sponsorise tous les deux et qui nous aide tous les deux. On a une structure en commun, il nous amène les voitures, le matériel sur les courses et donc pour nous c’est royal. Et, l’avantage en plus, comme on a les même voitures, on a un stock de pièces en commun donc c’est vraiment une force supplémentaire et un gros avantage.

LMSA : Un petit duel interne aussi alors ?
ME : Aussi, ça permet de se jauger, savoir où on en est. Généralement on se suit en terme de temps au tour, de résultats, on est quasiment pareil à chaque fois. Ça reflète vraiment où peut se situer le championnat de France d’un circuit à l’autre. Souvent c’est le Top 3 quand même donc c’est pas mal !

LMSA : Et de découvrir l’Europe comme ça, on vit ça comment ?
ME : Comme je disais tout à l’heure, c’est vraiment une belle aventure humaine. Nous, on part toujours avec ma petite équipe en fait. Il y a mes frères principalement, qui m’aident. On rejoint la structure en avion sur les courses. Ce sont des week-end courts donc, forcément on a pas le temps de voyager ni de visiter. Mais, rien que de voir ces courses là on est quand même dans le cadre du championnat du monde donc ça reste à chaque fois des grands événements.

LMSA : Que peut-on te souhaiter pour la fin de la saison ?
ME : Le meilleur ! (Rires) Il n’y a pas vraiment d’objectif mais prendre du plaisir c’est le but. Prendre un maximum de plaisir sans grosses contraintes, sans casse majeure. Si tout se passe bien comme ça jusqu’au bout on sera satisfait.

Rendez-vous dimanche soir pour savoir si Maximilien Eveno aura su se défaire de la trentaine d’adversaires présents au Rallycross de Lohéac en EuroRX Super1600.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR