Le Mag Sport Auto

Renault change son management… esport

Renault : Richard Arnaud en t-shirt Renault Vitality

L’équipe esport Renault Vitality accueille Richard Arnaud en tant que nouveau manager pour les F1 Esports Series, championnat virtuel officiel de la Formule 1.

Comme toutes les équipes de Formule 1, Renault participe aux F1 Esports Series, le championnat esport de la catégorie reine du sport automobile. Et comme en course auto réelle, gagner est évidemment important.

Renault n’hésite donc pas à investir. Partenaire de Team Vitality, équipe française pionnière dans le monde de l’esport, le constructeur au losange vient de nommer un nouveau manager pour son équipe aux F1 Esports. Il s’agit de Richard Arnaud.

Bien connu dans le monde du simracing (course auto virtuelle), ce dernier est âgé de 26 ans. Il dirige l’équipe virtuelle Race Clutch, qui s’illustre régulièrement dans de nombreuses compétitions virtuelles (F1 Esports Series, FIA Gran Turismo Championships,… Ndlr).

Au travers de sa structure, deux de ses simracers (pilotes virtuels) ont même franchi le pas du virtuel au réel, l’an passé. D’abord Hugo le Henaff, avec l’école Winfield et Feed Racing, puis Fabrizio Donoso, vainqueur du Grand Prix de France électronique. Tous deux ont pu s’essayer au pilotage d’une Formule 4.

Renault veut jouer la gagne aux F1 Esports Series

De quoi convaincre Renault de le nommer à la tête de son département F1 Esports, avec des ambitions élevées. Interrogé par nos soins, Richard Arnaud « ne se cache pas. Notre but est de gagner. »

Il tempère toutefois : « Le premier objectif ambitieux est d’arriver à faire au moins aussi bien ou mieux que l’an passé (Renault a fini 4e au classement Constructeurs en 2019, Ndlr). On serait très bien avec un podium et l’objectif ultime c’est d’aller chercher un titre. Mais nos adversaires seront très fort. »

Pour atteindre ces objectifs, Richard Arnaud peut compter sur le soutien de Renault et Team Vitality. L’équipe F1 du constructeur au losange dédié une salle complète de son usine d’Enstone (Angleterre) à l’esport.

Faire de l’esport une initiative naturelle

Et il ne s’agit que d’un début. « On essaye de développer les synergies avec Renault et l’équipe F1, détaille encore Richard Arnaud. Nous avons des réflexions pour le futur. De même pour les entraînements physiques et mentaux. En plus, il y a la Renault Sport Academy avec laquelle nous voulons rapprocher la partie réelle et la partie esport. Surtout que les pilotes de l’Academy ou Esteban Ocon ont l’habitude de jouer aux jeux vidéo. »

En attendant, le nouveau manager de Renault Vitality se concentre sur les F1 Esports. L’entraînement est au coeur du sujet. Pour se préparer, le simracer Nicolas Longuet, qui défendra les couleurs de l’équipe, enchaîne 100 à 150 tours par jour. « On est à l’usine de 9 heures à 18 heures, révèle Richard Arnaud. C’est des horaires de bureau. »

Un lourd travail qui va au-delà de la simple compétition. Il s’agit en effet de développer l’esport au sein de l’entreprise Renault. « Team Vitality a déjà bien commencé, mais il faut poursuivre et approfondir et baigner l’entreprise là-dedans pour passer l’étape supérieure et que ce genre d’initiatives deviennent naturelles », conclut Richard Arnaud.

Le programme des F1 Esports Series 2020 devrait être annoncé d’ici peu, sur le jeu vidéo F1 2020. Découvrez notre test de cet opus ici.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Mag Sport Auto

GRATUIT
VOIR