Le Mag Sport Auto

WEC : 6H de Spa, TDS Racing au pied du podium LMP2

Ouverture de saison réussie pour l’équipe du TDS Racing qui termine 4ème du classement LMP2 au bout des 6 heures de course, à Spa. Ce résultat est d’autant plus impressionnant, lorsque l’ on sait de quelle manière et dans quelles conditions il a été obtenu.

Une organisation compliquée  

Après une séance d’essais libres 1 sans histoire, tout s’est compliqué pour le TDS Racing à partir de la seconde. En effet cette dernière était vite écourtée suite à une crevaison, alors que François Perrodo était au volant. Dans la foulée, une sortie de piste de Matthieu Vaxivière achevait définitivement la voiture.

Matthieu Vaxivière et François Perrodo devaient donc se reporter sur la séance libre 3 pour régler la voiture, en vue de la qualification notamment. Et la séance déterminant l’ordre de départ sur la grille, justement, allait se révéler compliquée pour Matthieu Vaxivière. Si son équipier “Bronze” était en mesure d’effectuer un bon tour, digne de son rang, le pilote “Gold” de l’équipe ne pouvait boucler qu’un seul tour rapide pour qualifier sa voiture. En cause, le fait que deux drapeaux rouges soient survenus alors qu’il était en piste. A eux deux, ils se qualifiaient au milieu du peloton, « à notre place » estimait Vaxivière, 6ème.

Et Loïc Duval dans tout cela ? Et bien pendant que ses équipiers s’attelaient à régler et qualifier leur voiture, le natif de Chartres, lui, se trouvait à plusieurs centaines de kilomètres de là, en Allemagne. Retenu sur la manche d’ouverture du DTM à Hockeneim, il n’était pourtant pas question pour lui de faire l’impasse sur la course de WEC pour le TDS Racing !

Une organisation infernale comprenant plusieurs hélicoptères, permettait ainsi à l’ex-pilote Audi LMP1 de participer à la FP1 à Spa, puis à son week-end de course en Allemagne, avant de le voir revenir sur la Belgique pour prendre part à la course.

Peut (encore) mieux faire

Très honnêtement, il n’y a pas grand-chose à dire sur la course du TDS Racing tant elle a bien été menée. Se sachant plus fort dans ces conditions, et malgré une position de départ au milieu du peloton, le TDS Racing fondait de bons espoirs sur la course avec raison. Pourtant, l’équipe française entend viser encore mieux…

Parti depuis la sixième place, Vaxivière effectuait tout d’abord un double relais de qualité. Cédant la place à François Perrodo, qui tenait lui aussi la dragée haute aux voitures rivales, l’ex-pilote de Formule Ranault 3.5 retrouvait le baquet de sa LMP2 jusqu’à l’arrivée de Loïc Duval. A partir du tour 123, Vaxivière cédait définitivement les commandes au tout juste arrivé Duval, qui se chargeait d’achever le relais. De quoi emmener la voiture en 5ème position finale (prenant les points de la 4ème place au WEC, la voiture du G-Drive ne concourant pas dans ce championnat).

Ainsi, la course se concluait comme espéré, sur un meilleur résultat qu’en qualification. Pourtant, de l’avis de tous, il était possible de faire mieux à Spa. Vaxivière regrettait par exemple le fait de n’avoir eu « l’occasion d’exploiter (ses) pneus neufs à deux reprises à cause des drapeaux rouges », il retenait du même coup « un sentiment mitigé » de cette course.

L’absence de Loïc Duval lors d’une grande partie du week-end pouvait également expliquer les difficultés rencontrées lors de la course. Le pilote de DTM n’ayant pu régler réellement comme il le souhaitait sa voiture, il s’est notamment retrouvé avec du survirage lors de son seconde relais. Ce problème, lié à celui du trafic mais également à l’intervention de la voiture de sécurité expliquaient pourquoi Loïc Duval perdait finalement la 4ème place au général.

François Perrodo y allait aussi de son petit mot, soulignant le faible écart, de quelques secondes, derrière la première LMP2. Pour expliquer cela, lui aussi parlait de l’absence de Loïc Duval comme d’un des facteurs les plus aggravants. D’un autre côté, il tenait également à rester positif en remerciant tous ses équipiers et en se concentrant sur de bons points, tels la fiabilité de la voiture et le meilleur tour en course, à mettre à l’actif de Matthieu Vaxivière.

Xavier Combet, le team manager se concentrait lui aussi sur le positif : « Cette première course sur ce circuit (…) n’a pas été de tout repos. Pour une remise en rythme, ce n’était pas un exercice simple, précise-t-il, l’important est de noter que les pilotes et l’équipe technique n’ont pas commis d’erreur stratégique ». Et en effet, à part l’erreur de Vaxivière en essais libres, aucune faute n’a été commise par le team durant les 6 heures de course.

De quoi mettre en confiance le TDS Racing pour la prochaine épreuve des 24 Heures du Mans, il en est certain. L’équipe, qui a d’ailleurs tenu à féliciter le G-Drive pour sa victoire, pourrait peut-être jouer les troubles-fêtes si tout s’accorde correctement. Déjà, leurs trois pilotes devraient être présents tout le temps des essais,… Reste à aligner tous les morceaux du puzzle géant de 24 heures, dans le bon ordre…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *